Retrouver des sonorités du 16e siècle

Un séminaire consacré au serpent, un instrument à vent créé pour accompagner les chants grégoriens ...
Retrouver des sonorités du 16e siècle

Un séminaire consacré au serpent, un instrument à vent créé pour accompagner les chants grégoriens, se déroule du 12 au 15 avril au Cerneux-Godat

 Stefan Berger fabrique les serpents dans son atelier des Prailats.

Le serpent est à l’honneur du 12 au 15 avril au Cerneux-Godat. Un séminaire consacré à cet instrument à vent est organisé pour la quatrième fois dans la région. Les musiciens amateurs ou confirmés pourront profiter des conseils de professionnels. Pour l’instant, une quinzaine de personnes suisses, françaises, allemandes ou encore espagnoles sont inscrites. Pour clôturer le stage,  les participants participeront à un concert le 15 avril à 17h à la Collégiale de St-Imier. L’entrée est libre.

La création du serpent remonte à la fin du 16e siècle environ. Cet instrument à vent a vu le jour à Auxerre, en France, pour accompagner les chants grégoriens. A l’époque, la plupart des églises françaises, allemandes ou suisses en possédaient. De grands compositeurs ont écrit pour le serpent. Il a ensuite été peu à peu remplacé par l’ophicléide et l’orgue. Mais cet instrument a été progressivement redécouvert dans les années 80, en Angleterre et en France.

Les Franches-Montagnes abritent un spécialiste du serpent : l’artisan Stefan Berger, aux Prailats, est l’un des rares en Europe à fabriquer cet instrument. Il a fait de nombreuses recherches pour tenter de retrouver quels matériaux et quelles méthodes étaient utilisés à l’époque. Aujourd’hui, les musiciens doivent carrément se mettre sur liste d’attente pour pouvoir acquérir l’un de ces serpents. Cet instrument à le vent en poupe et séduit de plus en plus de mélomanes et de compositeurs. /mvr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus