Plusieurs facteurs expliquent le taux d’aide sociale « paradoxalement élevé »

Le Conseil-exécutif a répondu à une interpellation de la députée Anne-Caroline Graber au sujet ...
Plusieurs facteurs expliquent le taux d’aide sociale « paradoxalement élevé »

Le Conseil-exécutif a répondu à une interpellation de la députée Anne-Caroline Graber au sujet du taux d’aide sociale « paradoxalement élevé » dans le canton. Plusieurs facteurs l’expliquent selon le gouvernement pour qui l’optimisation reste possible

Le taux «  paradoxalement élevé  » de l’aide sociale dans le canton de Berne peut s’expliquer. Le gouvernement a répondu à la députée UDC Anne-Caroline Graber. Selon les calculs de cette dernière, Berne est trop généreux. L’agrarienne a relevé en novembre dernier que le canton occupe la 5e place du taux d’aide sociale octroyé en Suisse. Selon la députée neuvevilloise, il devrait plutôt se situer aux alentours de la 15e, voire de la 16e position.

 

Classement irréaliste


Seulement, un tel classement apparaît irréaliste, à court terme du moins, pour le gouvernement. Ce dernier note que plusieurs facteurs peuvent expliquer le taux d’aide sociale relativement haut dans le canton. Tout d’abord, Berne octroie très peu de prestations aux besoins versés en amont. Le Conseil-exécutif cite notamment les subsides pour les familles ou les allocations de logement. Il ajoute que le niveau de salaire est également plus bas que dans certaines autres régions suisses. Le taux d’imposition y est par contre plus élevé.


Autre facteur encore évoqué, un meilleur accès à l’aide sociale dans le canton grâce à une centralisation des services. Toutes ces raisons n’empêchent pas le Conseil-exécutif de noter que «  l’aide sociale peut être optimisée  ». Il remarque que l’insertion professionnelle est encore trop limitée et rappelle que des mesures pour y remédier ont été prises par le département de la santé publique et de la prévoyance social.


Sur demande d’Anne Caroline Graber, le gouvernement a également indiqué que les bénéficiaires du canton perçoivent plus longtemps l’aide sociale qu’ailleurs en Suisse. À Berne, c’est 13 mois pour les dossiers clos, alors que la moyenne du pays se situe à 11 mois. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus