L’intégration professionnelle à l’heure de l’économie 4.0

Une table ronde intitulée « Economie 4.0 : quelle place pour l’intégration des personnes en ...
L’intégration professionnelle à l’heure de l’économie 4.0

Une table ronde intitulée « Economie 4.0 : quelle place pour l’intégration des personnes en difficulté ? » a été mise sur pied par l’Orif jeudi dans le cadre du SIAMS à Moutier

Economie 4.0 : quelle place pour l’intégration des personnes en difficulté ? La table ronde animée par Alexandre Steiner a réuni (de g. à dr.) la ministre jurassienne de l’Intérieur, Nathalie Barthoulot, le conseiller d’Etat bernois en charge de la Santé publique et de la prévoyance sociale, Pierre Alain Schnegg, la cheffe de l’Office de l’assurance invalidité du canton du Jura, Christèle Eray, le directeur de la Chambre d’économie du Jura bernois, Patrick Linder, le directeur général de DC Swiss, Beat Kaufmann et le directeur de la filière adultes de l’Orif, Eric Borgeaud. La table ronde animée par Alexandre Steiner a réuni (de g. à dr.) la ministre jurassienne de l’Intérieur, Nathalie Barthoulot, le conseiller d’Etat bernois en charge de la Santé publique et de la prévoyance sociale, Pierre Alain Schnegg, la cheffe de l’Office de l’assurance invalidité du canton du Jura, Christèle Eray, le directeur de la Chambre d’économie du Jura bernois, Patrick Linder, le directeur général de DC Swiss, Beat Kaufmann et le directeur de la filière adultes de l’Orif, Eric Borgeaud.

« Economie 4.0 : quelle place pour l’intégration des personnes en difficulté ? ». C’est la problématique qui était au cœur d’une table ronde organisée jeudi dans le cadre du SIAMS par l’Orif, l’organisation romande pour l'intégration et la formation professionnelle. Elle a réuni au Salon des moyens de productions microtechniques de Moutier des acteurs du monde politique, économique, de la formation et de la réinsertion. Si la digitalisation et l’interconnexion offrent des opportunités à tout un chacun, elles présentent aussi des risques qu’il faut appréhender.

L’une des questions soulevées par ces changements technologiques rapides est celle de la place à donner aux personnes qui rencontrent des difficultés, qu’elles soient physiques, psychiques ou sociales. Active depuis 70 ans, l’Orif doit faire face à de nouveaux défis avec la 4e révolution industrielle, selon son directeur de la filière adultes, Eric Borgeaud :

Si l’augmentation de la digitalisation peut notamment offrir des opportunités aux personnes souffrant de handicap physique ou sensoriel sur la voie de l’autonomie, elle soulève, par contre, des difficultés pour les gens atteints dans leur psychisme, selon la cheffe de l’Office de l’assurance invalidité du canton du Jura, Christèle Eray :

Entreprise basée à Malleray, DC Swiss pratique l’intégration et la réintégration professionnelle. Son directeur général, Beat Kaufmann, nous explique cette démarche :

Un partenariat constructif entre l’Etat et l’économie, via les entreprises, c’est aussi une nécessité pour la Ministre jurassienne de l’Intérieur Nathalie Barthoulot et le conseiller d’Etat bernois en charge de la Santé publique et de la prévoyance sociale, Pierre Alain Schnegg, pour qui l’avenir de l’intégration professionnelle est une priorité. /emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus