La crédibilité du projet de géothermie mise en cause

Un article publié dans une revue scientifique reconnue affirme que le tremblement de terre ...
La crédibilité du projet de géothermie mise en cause

Un article publié dans une revue scientifique reconnue affirme que le tremblement de terre conséquent survenu en Corée du Sud en novembre dernier est consécutif à des forages géothermiques

Projet pilote de géothermie profonde à Haute-Sorne Le projet pilote de géothermie profonde à Haute-Sorne.

Le projet de géothermie profonde à Haute-Sorne a peut-être davantage de plomb dans l’aile. Le magazine Science a publié dernièrement des études qui révèlent que l’important tremblement de terre qui a frappé la Corée du Sud en novembre dernier était dû à un forage de géothermie profonde. La publication émane d’un magazine américain reconnu dans le monde scientifique. Il affirme que « le séisme de Pohang a été provoqué par un système géothermique améliorée ». Et c’est le même système qui est prévu à Glovelier.

 

Les opposants montent au front

Les opposants ont à nouveau souligné que la part de risques est bien trop grande pour mener à bien le projet jurassien. Ils ont renchéri en affirmant qu’en Corée du Sud, 10'000 mètres cube d’eau ont provoqué le séisme, alors qu’à Glovelier, le projet prévoit d’en injecter au total environ 30 fois plus. L’association « Citoyens Responsables Jura » évoque une folie et se pose la question de « pourquoi s’acharner à soutenir l’insoutenable ? ». Les opposants demandent tout bonnement aux autorités jurassiennes d’annuler les autorisations délivrées à Géo-Energie Suisse, le promoteur du projet.

« On ne peut pas se permettre de prendre un risque »

Le ministre jurassien de l’Environnement, David Eray, a pris très au sérieux l’article publié dans le magazine Science. Le Gouvernement attend un rapport qui complétera les conclusions de l’article. David Eray affirme toutefois que « chaque élément de ce genre qui se passe dans cette technologie de géothermie diminue la crédibilité de cette technologie ». L’exécutif jurassien s’est par ailleurs approché de l’ambassade coréenne en Suisse pour partager les connaissances dans ce dossier.

La réaction de David Eray

Les promoteurs prennent acte

Les porteurs du projet jurassien ont également réagi à cet article. Ils ne sont pas surpris, mais accordent beaucoup d’intérêt à cette publication : « Ça nous pose des questions, évidemment », s’est exclamé André Irminger, président de Géo-Energie Jura. Il souligne que la géologie de la Corée du Sud lui est propre et qu’elle n’est pas transposable au Jura.

La réaction d'André Irminger

Géo-Energie Suisse a également réagi. Le promoteur du projet jurassien affirme que la stimulation effectuée en Corée du Sud a été menée avec des pressions plus élevées que celles envisagées dans le Jura, ce que conteste le président de « Citoyens Responsables Jura », Jack Aubry. Géo-Energie Suisse étudie avec attention les causes du tremblement de terre à Pohang et notamment les régimes tectoniques de la région en comparaison avec celles du Jura. Selon le chef du projet jurassien, Olivier Zingg, tout reste envisageable dans l’issue de la centrale de Glovelier, du maintien du projet en tant que tel à son abandon pur et dur. Les conclusions de Géo-Energie Suisse tomberont d’ici la fin de l’année. /rch+mle


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus