Beat Feurer s’oppose à la future organisation de l’autorité sociale

Le Conseil municipal de Bienne souhaite réorganiser l’autorité sociale. Cette fonction actuellement ...
Beat Feurer s’oppose à la future organisation de l’autorité sociale

Le Conseil municipal de Bienne souhaite réorganiser l’autorité sociale. Cette fonction actuellement assumée par la direction de l’action sociale pourrait être transférée à une nouvelle commission spécialisée. Une décision qui provoque des désaccords au sein de l’exécutif

Le projet du Conseil municipal a été présenté jeudi par le secrétaire général de la direction de l'action sociale René Merz ( à droite). Beat Feurer a quant à lui, exposé son avis, minoritaire au sein de l'exécutif. Le projet du Conseil municipal a été présenté jeudi par le secrétaire général de la direction de l'action sociale René Merz ( à droite). Beat Feurer a quant à lui, exposé son avis, minoritaire au sein de l'exécutif.

Le conseiller municipal en charge de l’action sociale, Beat Feurer, pourrait voir ses pouvoirs réduits. En cause, la future organisation de l’autorité sociale, fonction actuellement assumée par sa direction.

Tout a commencé il y a trois ans. A la suite d’un postulat adopté en mars 2015, l’exécutif s’est vu chargé de réfléchir à un nouveau modèle d’organisation. Il a opté pour la création d’une nouvelle commission spécialisée, en charge de l’autorité sociale dans le but visé d’une dépolitisation.

Celle-ci serait composée de cinq à sept experts, présidée par Beat Feurer et aurait notamment pour tâche de définir l’orientation stratégique. L’élu UDC n’aurait dans ce cas plus aucun pouvoir décisionnel.

Jeudi lors d’une conférence de presse, il a dénoncé des processus plus complexes, une augmentation des coûts et surtout un manque de temps pour réaliser toutes les tâches nécessaires. Autant de facteurs qui pourraient d’après l’agrarien avoir des conséquences négatives sur le taux d’aide sociale. 

 

 

« Attaques politiques »

 

Au sein du parti de Beat Feurer, cette volonté de réorganiser l’autorité sociale est perçue comme une attaque politique. Le président de l’UDC Bienne, Mathias Müller, rappelle que le directeur de l’action sociale a été réélu avec un très bon score lors des dernières élections, lui enlever son pouvoir serait donc une décision antidémocratique. « Le Conseil municipal nommera les experts de cette commission, dans ce cas-là Beat Feurer est une marionnette, il n’aura plus aucun pouvoir » indique-t-il. Mathias Müller parle encore d’une attaque ciblée. « Pourquoi cette commission spécialisée serait instaurée uniquement dans la direction de l’action sociale et non pas dans les autres, s’interroge-t-il ? »

 

Éventuelle démission

 

Ce nouveau modèle de l’autorité sociale implique la mise en place d’un nouveau règlement qui sera soumis au législatif lors de sa prochaine séance début juin. En cas de validation de la proposition du Conseil municipal Beat Feurer réfléchira à la poursuite de son mandat : « c’est une discussion qu’on mène au sein de mon parti. Je ne sais pas encore dans quelle direction nous irons mais dans tous les cas ce n’est pas une décision à prendre à la légère », conclut-il. 

 

Le maire de Bienne, Erich Fehr, au nom du Conseil municipal refuse de s'exprimer sur l'affaire. Il indique ainsi suivre à la lettre un document sur le principe de collégialité, crée il y a trois ans. Celui-ci stipule que seul le conseiller municipal concerné par un dossier s'exprime à son sujet, tout en étant autorisé à donner son avis personnel dans le cas où il se veut contraire à la majorité. 

/anl

 

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus