Prévenu libéré devant le tribunal de Moutier

L’homme qui comparaissait depuis mardi devant le tribunal de Moutier a été libéré vendredi ...
Prévenu libéré devant le tribunal de Moutier

L’homme qui comparaissait depuis mardi devant le tribunal de Moutier a été libéré vendredi. Il était accusé d’actes d’ordre sexuel avec une enfant, à savoir sa belle-fille. Les éléments de preuves n’ont pas suffi à convaincre le tribunal de sa culpabilité

Le tribunal de Moutier a rendu son verdict vendredi après-midi. Le tribunal de Moutier a rendu son verdict vendredi après-midi.

Pas de condamnation pour l’homme accusé d’actes d’ordre sexuel avec une enfant qui comparaissait depuis mardi devant le tribunal de Moutier. Il était soupçonné d’avoir eu des comportements déplacés avec sa belle-fille à de multiples reprises, ce qu’il a toujours contesté. Mardi, l’accusé avait déclaré que le père de l’adolescente, qui représentait sa fille devant la cour, cherchait à l’anéantir car il n’avait jamais accepté le départ de sa femme. Vendredi après-midi, le prévenu a été libéré des charges qui pesaient contre lui.

 

Seules convictions pour le Tribunal : le contenu de ce dossier complexe n’a pas permis d’asseoir la culpabilité du prévenu. Lors de sa première audition par la police, la jeune fille qui se plaignait d’attouchements et de fellations forcées, notamment, n’a pratiquement donné aucun détail sur les actes sexuels qu’elle aurait subi. Pour la présidente du tribunal, cela laisse penser qu’elle ne connaissait pas leur mécanique et ne les avait pas vécus.


Au fil du temps, des détails de plus en plus nombreux sont venus s’ajouter à ses déclarations, et de nouveaux faits graves sont apparus. Le tribunal estime impensable qu’ils n’aient pas été mentionnés lors de la première audience. La cour constate aussi que le vocabulaire utilisé par la plaignante à certaines occasions n’était pas du tout spontané, ce qui laisse penser qu’elle avait préparé ce qu’elle allait dire. Tous ces éléments, et bien d’autres, mettent en doute sa crédibilité.


De son côté, l’accusé a toujours clamé son innocence, s’énervant parfois jusqu’aux limites de la crise de nerfs. La cour a aussi relevé sa crédibilité et sa constance dans ses déclarations. Dans ces conditions, l’acquittement s’est imposé aux yeux des juges./ast


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus