Une plateforme pour les étudiants de l’EPFL à Mont-Soleil

Un programme d’étude d'une semaine a été développé grâce à une collaboration entre l’École ...
Une plateforme pour les étudiants de l’EPFL à Mont-Soleil

Un programme d’étude d'une semaine a été développé grâce à une collaboration entre l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et la société Mont-Soleil. Il permettra d’étudier notamment le processus de vieillissement des modules photovoltaïques

Le site de Mont-Soleil servira de laboratoire à de futurs étudiants venant du monde entier. (Image: archives) Le site de Mont-Soleil servira de laboratoire à de futurs étudiants venant du monde entier. (Image: archives)

La centrale solaire de Mont-Soleil renforce ses liens avec le monde académique. En collaboration avec l’École polytechnique de Lausanne (EPFL), la société Mont-Soleil a annoncé mercredi lors d’une conférence de presse qu’une semaine de cours sera organisée en août au sein de sa plateforme. Intitulée « Summer School », les cours sont destinées aux doctorants et étudiants de master des hautes écoles, mais sont aussi ouverts à tous. Le thème principal tournera autour de l’intégration des nouvelles technologies dans le système d’approvisionnement électrique.

L’idée d’une telle semaine est à mettre à l’actif du professeur de l’EPFL Alfred Rufer. Ce dernier qui est né à St-Imier avant de grandir à Saignelégier, a développé à la fin des années 80 le premier onduleur pour la station photovoltaïque de Mont-Soleil. C’est lors d’un brainstorming avec le président de la société Mont-Soleil, Martin Pfisterer, que l’idée lui est venue. Il lui a aussi semblé opportun de mettre en valeur les nouveaux locaux qui se trouvent sur place.

22 étudiants du monde entier se sont déjà inscrits à cette école d’été. Un maximum de 30 places devrait être disponible selon les organisateurs. Une prochaine édition est déjà sur toutes les lèvres, mais n’est pas encore arrêtée.

 

« Année réjouissante »

La société Mont-Soleil a également profité de l’occasion afin de dresser le bilan du fonctionnement de la centrale photovoltaïque en 2017. Michel Hausmann, le directeur de la société a indiqué que l’année a été « réjouissante ». Grâce à un bon ensoleillement, 554,4 MWh d’électricité ont été produits. Un total qui dépasse la moyenne de production annuelle depuis la construction de la centrale.

« Des performances remarquables », selon Martin Pfisterer, le président de la société Mont-Soleil. Ce dernier a encore précisé « qu’aucune grande installation n’a obtenu des résultats de la sorte sur une si longue période à sa connaissance ».

Il faut souligner que la centrale de Mont-Soleil fonctionne encore avec les modules solaires d’origine. Ces derniers perdent chaque année 0,3% de rendement. Depuis sa mise en fonctionnement, il y a 25 ans, la centrale a donc perdu 8% d’efficacité. Selon les prévisions, l’installation doit durer en tout 40 ans. /jrg

De gauche à droite, Michel Hausmann (directeur de la société Mont-Soleil), Alfred Rufer (Prof. Hon. EPFL), Rudolf Minder (directeur de recherche de la société Mont-Soleil), ainsi que Martin Pfisterer (président de la société Mont-Soleil). De gauche à droite, Michel Hausmann (directeur de la société Mont-Soleil), Alfred Rufer (Prof. Hon. EPFL), Rudolf Minder (directeur de recherche de la société Mont-Soleil), ainsi que Martin Pfisterer (président de la société Mont-Soleil).


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus