L'avenir est prometteur pour l'industrie du décolletage

L'industrie du décolletage se porte bien. C’est ce qu’a affirmé mercredi Dominique Lauener ...
L'avenir est prometteur pour l'industrie du décolletage

L'industrie du décolletage se porte bien. C’est ce qu’a affirmé mercredi Dominique Lauener, président de l’Association des fabricants de décolletages et de taillages. Mais la formation reste toujours un défi

L'année 2018 s'annonce bonne pour le décolletage (photo: archives) L'année 2018 s'annonce bonne pour le décolletage (photo: archives)

Le ciel est dégagé pour l’industrie du décolletage en 2018. C’est ce qu’a affirmé le président de l’Association des fabricants de décolletages et de taillages (AFDT) mercredi. Dominique Lauener s’exprimait à Bienne dans le cadre des journées de la presse organisées par son association. Pour lui, la reprise économique en marche actuellement notamment dans le secteur de l’horlogerie bénéficie aussi aux décolleteurs. Même si la force du franc suisse peut péjorer cette embellie, Dominique Lauener estime que ce facteur est compensé par la qualité et la rapidité de travail des professionnels suisses en comparaison avec leurs homologues asiatiques par exemple.

 

Point critique : la formation

Réussir à trouver des travailleurs qualifiés reste d’ailleurs le gros défi de toutes les entreprises. Le président de l’AFDT estime toutefois que la formation actuelle répond bien aux attentes des employeurs, mais dit regretter la suppression des classes au Centre d’apprentissage de l’Arc jurassien (CAAJ) à Moutier. Désormais, les apprentis du Jura bernois et du Jura devront soit se rendre à St-Imier ou à Porrentruy, ce qui peut compliquer la tâche puisque les jours de cours ne sont pas les mêmes. Dominique Lauener dénonce également cet éloignement de la cité prévôtoise, qu’il estime être la ville du décolletage. /amo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus