La punaise marbrée débarque dans la région

Des pièges installés dans le canton du Jura ont permis d’attraper trois punaises marbrées, ...
La punaise marbrée débarque dans la région

Des pièges installés dans le canton du Jura ont permis d’attraper trois punaises marbrées. Cet insecte s’attaque notamment aux cultures de fruits

Les punaises marbrées font des dégâts importants aux fruits (ici des larves de cette espèce en étude au CABI à Delémont). Les punaises marbrées font des dégâts importants aux fruits (ici des larves de cette espèce en étude au CABI à Delémont).

La punaise marbrée fait son apparition dans l’Arc jurassien. Ce petit insecte, qui s’attaque surtout aux cultures de fruits, a été observé à plusieurs endroits dans le Jura, selon l’édition de vendredi du journal Agri. Des pièges installés par la Fondation rurale interjurassienne ont permis d’attraper trois individus. À l’origine, la punaise marbrée a été introduite en Suisse depuis la Chine. Elle est apparue pour la première fois à Zurich il y a quelques années. L’espèce s’est ensuite développée un peu partout, notamment à Bâle, Berne et Genève. Cet insecte est principalement transporté d’un endroit à l’autre par les humains, selon le chef du contrôle biologique des arthropodes au centre de recherche CABI à Delémont, Tim Haye. En hiver, les punaises se cachent dans des endroits clos, notamment les voitures.

 

Des dégâts dans les cultures

Cette punaise fait des ravages sur les fruits en développement. Avec son appareil buccal en forme de seringue, elle pénètre le végétal pour se nourrir mais insère aussi un enzyme qui endommage le fruit à l’intérieur et le rend impropre à la vente. Le végétal attaqué se déforme, se décolore et ses tissus se durcissent. La punaise marbrée est particulièrement à l’aise dans les endroits chauds. Elle ne devrait ainsi pas se développer sur les hauteurs de la région. Mais plus les étés seront chauds, plus cet insecte va augmenter sa présence, selon le spécialiste du CABI.

 

Plusieurs pistes de contrôle

Le centre de recherches scientifiques de Delémont travaille sur des moyens pour combattre cette espèce de punaise. Plusieurs solutions sont en développement. Des pièges de phéromones sont notamment utilisés ainsi que de petits prédateurs naturels qui s’attaquent aux œufs de la punaise marbrée. L’objectif est de pouvoir utiliser rapidement cette dernière méthode dans les vergers. /alr


Actualisé le

 

Actualités suivantes