Bienne refuse le plan de mobilité scolaire

Le Conseil de ville de Bienne a refusé mercredi soir d’adopter le plan de mobilité scolaire ...
Bienne refuse le plan de mobilité scolaire

Le Conseil de ville de Bienne a refusé mercredi soir d’adopter le plan de mobilité scolaire lancé par l’ATE. La majorité a suivi l’exécutif qui juge la mesure coûteuse et complexe à mettre en place

Plus de 6 mille enfants ont pris le chemin de l’école lundi à Bienne. Avec la rentrée, se pose alors la question du parcours maison école. Il s’effectue en voiture pour certains, à pied, en transport scolaire, ou encore en transports publics. Afin d’améliorer davantage la sécurité, la conseillère de ville biennoise verte, Myriam Roth, a demandé via un postulat la mise en plan de plans de mobilité scolaire. Ce projet lancé par l’Association transports et environnement (ATE) comprend la mise en place de plans de mobilité pour chaque établissement scolaire.

Mercredi au Conseil de ville de Bienne, l’objet a nourri les débats. Mais à l’heure du vote, par trois voix d’écarts, les élus ont préféré suivre l’exécutif et ont refusé la mesure. Le Conseil municipal la juge trop chère et trop complexe mais prend le sujet très au sérieux : « nous avons entrepris des efforts mais beaucoup de choses peuvent encore être faites. Nous travaillons d’ailleurs en ce sens et souhaitons progresser », indique Cédric Némitz. Le directeur de la formation cite en exemple l’effort dans l’aménagement des tronçons en collaboration avec la direction des travaux publics.

Route de Soleure

Plus tôt dans la soirée, les élus ont accepté la prolongation du droit de superficie d’un terrain de plus de 15'000 m2 comprenant des locaux industriels, des bureaux et des ateliers à la Route de Soleure. /anl


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus