Les enseignants veulent des états généraux sur l'informatique

Le Syndicat des enseignants romands veut des états généraux sur l'informatique. Equipements ...
Les enseignants veulent des états généraux sur l'informatique

Le Syndicat des enseignants romands a tenu en fin de semaine une conférence de presse à la veille de la rentrée pour faire le point sur les différentes problématiques de cette nouvelle année

informatique

Le Syndicat des enseignants romands veut des états généraux sur l'informatique. Equipements, formation, plan d'étude, finalité: l'ampleur des problèmes nécessite une concertation forte, selon le SER qui a tenu une conférence de presse jeudi. « Par rapport à d'autres pays, la Suisse a du retard » sur l'enseignement de l'informatique, a reconnu Jean-Marc Haller, secrétaire général du SER devant la presse. Parfois les équipements sont disponibles, mais pas utilisés comme ils pourraient l'être.

 

Vaste consultation

A l'heure où beaucoup de politiques réclament un enseignement généralisé de l'informatique, de nombreuses questions sont encore sans réponse ou presque. Face à ces défis, le syndicat romand va lancer l'an prochain une vaste consultation de ses membres et au-delà. La simple définition de « l'informatique » fait problème: bureautique, programmation, robots, ou plus généralement MITIC (médias, informatique, technologies de l'information). Qu'est-ce qu'il faut prendre en compte et donc enseigner, et qui doit le faire ? Comment insérer les heures d'informatique dans le plan d'études ? Le SER souhaite que ces différentes questions soient débattues lors des états généraux.

 

Pas aux frais des familles

Sans oublier les problèmes d'équipements, souligne le syndicat. A la charge des communes ou des cantons? La Suisse n'a pas de systématique. De plus, certains veulent mettre à contribution les familles, ce que refuse absolument le Syndicat romand des enseignants. « Nous nous opposons à ce que le coût de l'informatique retombe sur les familles », a affirmé Samuel Rohrbach, président du syndicat. Plus globalement, les réflexions doivent porter aussi sur la transformation de certains outils de formation via l'informatique, notamment pour l'enseignement des langues. /ATS+ncp


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus