La transparence attendra pour les partis politiques bernois

Les partis politiques bernois ne devront pas dévoiler leurs sources de financement. Le Grand ...
La transparence attendra pour les partis politiques bernois

Les partis politiques bernois ne devront pas dévoiler leurs sources de financement. Le Grand conseil a renoncé mardi à mettre en œuvre une motion issue du groupe socialiste

Le Grand Conseil bernois est actuellement en session. (archives) Le Grand Conseil bernois est actuellement en session. (archives)

La gauche bernoise demandait plus de transparence concernant le financement des partis politiques, elle n’a pas obtenu gain de cause. Par 80 non contre 71 oui, le Grand Conseil a refusé mardi d’obliger les partis, les candidats et autres acteurs politiques à communiquer aux autorités cantonales la source de leurs revenus, notamment les dons. Pour le chancelier, Christophe Auer, la mesure engendrerait un lourd travail bureaucratique. Il ajoute qu’une initiative fédérale sur la transparence devra être votée, et qu’il est donc « urgent d’attendre ». Après ce scrutin, le canton de Berne pourra réfléchir aux règles à mettre en place en s’inspirant de la législation fédérale, plutôt que de créer des règles qu’il faudra modifier ensuite.

 


Soutien au vote électronique pour les suisses de l’étranger


Le Grand Conseil a par ailleurs décidé mardi de libérer un crédit pour permettre aux Bernois domiciliés à l’étranger de continuer à voter par voie électronique en 2019 et 2020. Dans ce cadre, les députés ont aussi demandé à une très large majorité que les questions sécuritaires liées au vote électronique soient traitées avec la plus grande attention.

 


La SSR priée de rester à Berne


Les députés ont encore voté lundi sur une motion qui demande au Conseil-exécutif de s’engager auprès de la SSR pour qu’elle maintienne son studio à Berne. La Société suisse de radiodiffusion prévoit en effet de déménager cette infrastructure à Zürich. De nombreux députés bernois ont jugé cette mesure incompréhensible quelque mois après le rejet de l’initiative No-Billag. La motion a été largement acceptée, avec 140 oui, 7 non et 1 abstention. /ast


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus