SwissSkills 2018: portrait des candidats du Jura bernois

Sept Jurassiens bernois représenteront le canton aux championnats de Suisse des métiers à Berne ...
SwissSkills 2018: portrait des candidats du Jura bernois

Sept habitants du Jura bernois représenteront le canton aux championnats de Suisse des métiers à Berne, du 12 au 16 septembre. Ils présentent leur apprentissage et leurs attentes sur les SwissSkills

Des constructeurs de route en plein exercice. (Image: SwissSkills) Des constructeurs de route en plein exercice. (Image: SwissSkills)

La région est bien représentée cette année pour la 4e édition des championnats de Suisse des métiers. À cette occasion, des apprentis et de jeunes diplômés iront se confronter à d’autres experts en herbe venus de toute la Suisse. Les organisateurs attendent 150'000 visiteurs entre le 12 et le 16 septembre à Berne. Une usine temporaire a été construite spécialement pour l’occasion. Les gagnants de cette compétition auront l’honneur de défendre les couleurs de la Suisse aux Concours européens et, pourquoi pas, aux Mondiaux. Une manière de mettre en avant les jeunes passionnés et le système de formation duale, qui fait la fierté des écoles techniques helvétiques.

Mais revenons aux acteurs : nous leur avons donné la parole sur leurs motivations, leurs attentes et leur préparation.

Sylvain Mugli, médiamaticien

(Image: SwissSkills) (Image: SwissSkills)

« J’ai choisi l’apprentissage de médiamaticien parce que c’est un métier très varié et orienté vers le futur. Les SwissSkills sont pour moi l’occasion de mesurer mes compétences parmi les meilleurs apprentis de Suisse. Ce sera aussi une très bonne préparation pour mes examens de fin d’apprentissage. Nous devrons créer un concept marketing, un logo, une maquette de site web, une affiche et un storyboard pour un spot publicitaire d’une entreprise fictive. Je pense que mon plus gros défi sera de gérer le temps correctement pour rendre un résultat final dont je serai fier ».

Mélanie Stalder, spécialiste en restauration

(Image: SwissSkills) (Image: SwissSkills)

« J’ai terminé mon apprentissage en tant que spécialiste en restauration en août 2017. Ce métier m’intéresse car je voulais être au contact des gens et utiliser différentes langues. Ce que je préfère est la diversité du métier et le contact avec les clients. Grâce aux SwissSkills, j’espère pouvoir donner un aperçu du métier au public, mais aussi vivre une nouvelle expérience et progresser professionnellement. Ma préparation est d’entraîner le plus possible les tâches demandées et d’être au top au niveau théorique. Personnellement, le plus gros défi sera de gérer la pression car c’est un grand événement. Notre métier nous demande de réaliser plusieurs exercices, comme par exemple faire des finitions à la table des clients. »

Antoine Marmasse, gestionnaire commerce de détail

(Image: SwissSkills) (Image: SwissSkills)

« J’espère vivre une incroyable expérience lors de ce concours et rencontrer de nouvelles personnes. Pour le moment, je m’efforce d’affiner mes techniques de vente pour le jour-J en renseignant les clients en magasin. Le gros défi sera de rester calme sur scène devant le public. Comme exercice, je devrai effectuer une vente de 10 minutes sur un ou plusieurs articles de mon choix. Il faudra expliquer au client l’utilité des différents articles et leurs fonctions pour les convaincre ainsi que renseigner un client dans une langue étrangère. »

Marina Pantazis, médiamaticienne

(Image: SwissSkills) (Image: SwissSkills)

« J’aime mon métier, parce qu’il est très varié ; il mêle informatique, gestion de projet, finance, design et média. Ma plus grande satisfaction est de trouver LA solution pour le client et ce, qu'importe la demande et le/les domaine/s abordé/s. Je suis allée aux qualifications sans réelles attentes, en concurrence avec des collègues de grandes entreprises, très bien encadrés et préparés. Quelle surprise d’arriver 1ère de Suisse ! Maintenant j'ai un titre à défendre, la pression est beaucoup plus élevée. L'épreuve portera sur les différents aspects de mon métier. Tout ça pour un client inconnu, le tout en anglais. Difficile de s’y préparer autrement que par son expérience en entreprise. L’inspiration du moment sera déterminante. »

Loïc Gaillard, assistant en promotion de l’activité physique et de la santé

(Image: SwissSkills) (Image: SwissSkills)

« J'ai choisi cette formation car j’aime le "lifestyle" et je peux aider des personnes à atteindre leur situation idéale. De plus, on crée des liens et on est aussi là pour écouter et apporter un bien-être aux gens du point de vue physique mais aussi mental. Le but étant de changer la vision des gens sur le fitness pour être reconnu comme un lieu de bien-être. J'ai choisi de participer aux SwissSkills parce que c'est un challenge personnel. Cela me permet de rencontrer d'autres professionnels du domaine, ce qui me permettra d'évoluer. C'est en sortant de sa zone de confort que l'on apprend sur soi et que l'on devient encore meilleur. »

Marie Kohler, assistante en soin et santé communautaire

(Image: SwissSkills) (Image: SwissSkills)

« J’ai mon métier en tête depuis que je suis toute petite car mes parents sont également dans le domaine des soins. J’ai toujours été attirée par le fait d’aider les personnes dans le besoin. Ce qui m’intéresse avant tout dans mon métier, c’est d’aider les autres et de partager une relation humaine, les gens m'apportent aussi beaucoup. Je ne vois pas mon métier comme une corvée mais comme une passion. Les SwissSkills sont une très belle expérience où l’on rencontre de nouvelles personnes, découvre d’autres manières d’exercer certaines techniques. Je ne pensais pas arriver aussi loin et je suis déjà très contente. Pour la préparation, je révise et je réalise aussi des soins dans des situations simulées, du même style que pour la compétition. Le défi pour moi sera de réaliser tous les soins à valider dans un temps imparti. L’organisation et la concentration seront primordiaux pour le bon déroulement de la session. »

Eric Estevez, constructeur de route

(Image: SwissSkills) (Image: SwissSkills)

« J’aime et j’ai choisi cet apprentissage premièrement car nous travaillons dehors et c’est un métier très varié. Viser le plus haut bien sûr, sachant que d’être dans les 6 derniers duo me convient parfaitement. Nous (avec Julien Berbier, Jura) ne nous préparons pas spécialement pour le concours car nous ne savons pas ce qui nous attend et nous n’avons aucune indication avant la veille. Personnellement, le plus gros défi est de pouvoir rester concentré et dans ma bulle malgré les milliers de personne qui auront les yeux rivés sur nous. »

/ tho - gtr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus