Fusions de communes : la performance avant tout

Les fusions de communes doivent être synonymes de performance plutôt que d’économies. Le Conseil-exécutif ...
Fusions de communes : la performance avant tout

Les fusions de communes doivent être synonymes de performance plutôt que d’économies. Le Conseil-exécutif a exprimé sa position dans sa réponse à une motion de l’UDC

(illustration) (illustration)

Le but premier des fusions de communes n’est pas de réaliser des économies, mais de mettre sur pied des communes fortes et indépendantes : c’est en substance la réponse du Conseil-exécutif à une motion déposée par trois députés UDC alémaniques. Ces derniers demandaient notamment au gouvernement de mener des analyses complémentaires avant de soumettre au Grand Conseil son rapport intitulé « Avenir du découpage géopolitique du canton de Berne ». Ce n’est pas nécessaire, selon le Conseil-exécutif, qui recommande au Grand Conseil de rejeter la motion.

 

Le canton de Berne prévoit plusieurs scénarios pour son avenir, et évoque notamment dans son rapport la possibilité de réduire le nombre de communes de 347 à 100-150. Il précise toutefois dans sa réponse à la motion que ce chiffre n’est pas définitif, et qu’il n’est même pas certain qu’un objectif précis soit fixé. Le Conseil-exécutif ne voit donc pas l’utilité de mener des analyses se basant sur cette projection. Il ne lui semble pas non plus pertinent d’analyser les économies réalisées dans les finances communales et cantonales grâce aux fusions, sachant que leur impact économique, sociologique et démographique fait déjà l’objet d’évaluations depuis trois ans. Enfin, le canton refuse de mettre un frein aux fusions de plus de sept communes, comme le demandent les motionnaires. Ces derniers estiment que les fusions de grande envergure ont peu de chance de succès. /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus