« On a déjà pressé deux fois plus de jus que l’année passée »

Le pressoir de Courtelary transforme les pommes depuis un peu plus de trois semaines et il ...
« On a déjà pressé deux fois plus de jus que l’année passée »

Le pressoir de Courtelary transforme les pommes depuis un peu plus de trois semaines et il a déjà dépassé sa production de 2017

Pierre Homberger, le responsable du pressoir de Courtelary, lors de la pasteurisation et la mise sous vide du jus de pomme. Pierre Homberger, le responsable du pressoir de Courtelary, lors de la pasteurisation et la mise sous vide du jus de pomme.

Des pommes à ne plus savoir qu’en faire. Le pressoir de Courtelary tourne à plein régime depuis un peu plus de trois semaines. Installé au cœur du village et géré par la société d’arboriculture de Courtelary-Cormoret et environs, il transforme les pommes des particuliers en jus. Et cette année, il y a du travail pour Pierre Homberger, responsable du pressoir, et son équipe. « Les arbres ont donné très peu de fruits l’année passée et la précédente. Ils se sont bien reposés, et cette année, ils ont produit un très grand nombre de pommes. » Tellement, qu’en trois semaines, le pressoir a déjà produit deux fois plus de jus que l’année passée, soit près de 10'000 litres de jus. Et ce n’est pas fini. « J’attends encore le pic de mi-septembre, mi-octobre, lorsque la plupart des pommes seront mûres » précise encore Pierre Homberger en souriant.




Quand vient le moment de goûter


Triées, râpées, puis pressées, avant d’obtenir le précieux liquide, les pommes doivent parcourir un petit bout de chemin. Jeudi matin, l’équipe du pressoir était occupée à la pasteurisation du jus. Le liquide est chauffé entre 78 et 80 degrés puis stocké sous vide avant d’être empaqueté.

Juste avant cette étape, il est déjà possible de le goûter. « Chaque jus est différent, explique Pierre Homberger. Même s’il est fait à partir des mêmes pommes. Cela dépend notamment de comment les fruits ont été exposés au soleil. » Le pressoir est ouvert tant qu’il y a des pommes à presser, soit début novembre. /tna


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus