Main de Prêles : une plainte contre le Service archéologique ?

L’homme qui a découvert une main en bronze âgée de 3500 ans à Prêles envisage de porter plainte ...
Main de Prêles : une plainte contre le Service archéologique ?

L’homme qui a découvert une main en bronze âgée de 3500 ans à Prêles envisage de porter plainte contre le Service archéologique du canton de Berne. Cet amateur de détection métallique est lui-même poursuivi par le canton

Massimo Beck, ici à son domicile, assure qu'il pratique uniquement de la détection de loisir et se dit prêt à aller en justice pour prouver qu'il n'est pas un pillard. Massimo Beck, ici à son domicile, assure qu'il pratique uniquement de la détection de loisir et se dit prêt à aller en justice pour prouver qu'il n'est pas un pillard.

 

L’affaire de la main de bronze découverte à Prêles ne cesse de rebondir. Nous avons appris mercredi que les poursuites pénales engagées par le canton de Berne visent l’un des deux hommes qui a découvert ce trésor archéologique grâce à un détecteur de métaux. La loi bernoise sur la protection du patrimoine stipule que « l’utilisation de moyens techniques pour fouiller le sol afin d’y découvrir des objets archéologiques est soumise à autorisation du service cantonal spécialisé ». Le co-auteur de la découverte s’insurge contre les accusations portées à son encontre et envisage de porter plainte à son tour pour laver son honneur. Massimo Beck :

 

Les articles auxquels fait allusion Massimo Beck indiquent que l’auteur de la découverte a droit à une indemnité équitable. La loi bernoise précise que cette indemnité n’est valable que si la découverte a été faite légalement.


À la suite de cet entretien, nous avons contacté le chef du Service archéologique du canton de Berne. Adriano Boschetti indique que la plainte a été déposée avant tout parce que des indices laissent penser que des pillards ont visité le site quelques mois après sa découverte. Il ne fait pas d’autres commentaires à ce propos. En revanche, il nous explique pour quelles raisons la manière dont a été faite cette découverte est problématique. Adriano Boschett i:

En ce qui concerne l’enquête en cours, le chef du Service archéologique du canton de Berne nous a renvoyés au Ministère public de Moutier, qui est en charge du dossier. Le procureur Raphaël Arn confirme avoir reçu une plainte pénale qu’il est en train de traiter. Il ajoute que cette affaire est complexe et demande une instruction. « Toute la question est de savoir dans quelles conditions sont faites des fouilles et qui a le droit de les faire », conclut le procureur./ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus