Conseil de ville éclair à Moutier

Le Conseil de ville de Moutier a été des plus expéditifs lundi soir. Les affaires se sont enchaînées ...
Conseil de ville éclair à Moutier

Le Conseil de ville de Moutier a été des plus expéditifs lundi soir. Les affaires se sont enchaînées à vitesse grand V, sans grandes discussions ni grand remous

Le Conseil de ville de Moutier n'a pas donné lieu à de grandes discussions lundi soir. Le Conseil de ville de Moutier n'a pas donné lieu à de grandes discussions lundi soir.

 

Un ordre du jour de 28 points traités en 1h10, soit 2mn30 par point en moyenne : rarement une séance du Conseil de ville de Moutier n’aura été aussi expéditive, foi de chancelier ! Les motions et interpellations qui auraient pu susciter de grandes discussions ne manquaient pourtant pas, notamment concernant le vote sur l’appartenance cantonale de la commune et les procédures de recours encore en suspens. Finalement, seules quelques déclarations ont été faites, sans susciter de grandes réactions.

 

Ces prises de paroles concernaient essentiellement une motion du Parti libéral radical, qui demandait au Conseil municipal de mettre un terme immédiat aux mandats attribués à ses avocats dans les procédures de recours concernant le vote du 18 juin. Lors des déclarations de groupe, le PLR Steve Léchot a longuement interrogé le Conseil municipal sur la nécessité de mandater des avocats, alors que ce même conseil ne cesse de mettre en avant l’exemplarité de ce scrutin. Il a été suivi à l’heure des débats par son collègue de parti André Piguet, qui a insisté sur le fait que c’est à la Préfecture de statuer sur la recevabilité des recours, et non à la municipalité. Malgré ces prises de position, le Conseil de ville a largement rejeté la motion par 24 voix contre 12.

 

Parmi les autres points à l’ordre du jour, le Conseil de ville a notamment refusé une motion demandant d’ouvrir la piscine pendant deux semaines supplémentaires chaque année. Les frais engendrés seraient trop important, selon le responsable des Travaux publics et bâtiments Dominique Baillif.

 

La motion demandant le réaménagement de la place du Collège de la poste a quant à elle été acceptée sous la forme moins contraignante du postulat. Cet aménagement sera étudié dans le cadre du concept de développement urbain « Moutier 2030 ». /ast

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus