« Les Transphoniques » veulent décloisonner la musique

Faire se rencontrer des artistes et mélanger leurs styles pour décloisonner la musique : c’est ...
« Les Transphoniques » veulent décloisonner la musique

Faire se rencontrer des artistes et mélanger leurs styles pour décloisonner la musique : c’est l’un des objectifs du festival « Les Transphoniques ». Sa première édition se tiendra du 31 octobre au 3 novembre à St-Imier

Le courant passe bien entre Lucien Dubuis, Erika Stucki et Arthur Henry. (Photo: Les Transphoniques) Le courant passe bien entre Lucien Dubuis, Erika Stucki et Arthur Henry. (Photo: Les Transphoniques)

Lucien Dubuis, Erika Stucky et Arthur Henry : ce sont les trois artistes retenus pour la première édition du festival « Les Transphoniques ». Ce projet mis sur pied par l’association artGuël vise notamment à décloisonner la musique. Les trois artistes donneront chacun un concert du 31 octobre au 2 novembre, avant de se retrouver sur scène le 3. Ils livreront alors une performance spécialement créée pour l’occasion, qui mêlera le jazz de Lucien Dubuis au jodel d’Erika Stucky et au beatbox d’Arthur Henry. Afin de garantir la qualité sonore et une certaine proximité avec les spectateurs, une scène sera construite devant la scène de la salle de spectacle de St-Imier.

 

Des enfants mêlés au projet

 

« Les Transphoniques », c’est aussi un projet de médiation culturelle. Ainsi, plus de 40 élèves de l’école secondaire de St-Imier collaborent depuis des mois avec le Chaux-de-fonnier Arthur Henry et son collectif Koqa beatbox. Ils seront sur scène le 1er novembre. Le festival est aussi parti à la rencontre de 12 classes d’écoles enfantines de Renan à Corgémont, soit environ 320 élèves. Le but était de les préparer à assister à des représentations scolaires de « Lucien Dubuis’ Crossover Jazz trio & Le Moment baroque », qui interpréteront « Les Quatre saisons et le cosmos ultime », une création d’œuvres autour d’Antonio Vivaldi et de Lucien Dubis.

 

Un festival appelé à durer

 

« Les Transphoniques » devraient revenir tous les deux ans. Elles font suite au projet « Option Trombone » qui avait été mis sur pied par artGuël également. Après de longues recherches, les organisateurs ont trouvé le nom qui leur semblait adéquat pour identifier le festival sur le long terme. /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus