Nouveaux défis pour le responsable de l'agriculture et de la nature

Christian Hofer a fait le bilan cette semaine, après huit mois en tant que chef de l’Office de l’agriculture et de la nature

tracteur dans un champ Les paysans ont été très affectés par la sécheresse cet été (image d'illustration)

Christian Hofer est arrivé à la tête de l’Office de l’agriculture et de la nature (OAN) du canton de Berne il y a 8 mois. Il a dû faire face à plusieurs défis durant l’été, notamment à cause de la canicule. La chaleur a posé des problèmes au niveau de l’agriculture, mais aussi de la faune. Des poissons ont dû être déplacés car ils n’avaient pas assez d’eau pour survivre, ce qui a représenté un travail considérable. Les récoltes des paysans ont également été très touchées, aussi les règles d’obtention des paiements directs ont été assouplies. Selon Christian Hofer, des exceptions peuvent être faites dans des cas exceptionnels tels que celui-ci, pour s’assurer que les agriculteurs puissent toucher les subventions dont ils ont besoin. Enfin, dernier défi à relever cet été, la présence de deux loups dans la région, qui représentent une menace pour les troupeaux de moutons et de chèvres. L’OAN a informé les éleveurs de la présence des animaux et les a conseillés pour qu'ils puissent protéger au mieux leurs animaux. La question fait souvent débat, mais Christian Hofer rappelle que le loup est protégé, et que la décision est prise d’abattre l'un d'eux uniquement s’il a tué plusieurs animaux, par exemple.

Le responsable n’a pas relevé de problématique particulière dans le Jura bernois. Il a toutefois eu à cœur de maintenir le contact avec les responsables de la région.

 

 

Questionnements autour de la politique agricole fédérale

 

Autre préoccupation de taille à l'Office de l’agriculture et de la nature : la future stratégie agricole du conseil fédéral. La politique mise en place par Johann Schneider Amman avait été vivement critiquée, ce qui crée des inquiétudes pour la suite. L’OAN juge crucial d’être consulté dans ce type de processus. Christian Hofer souhaite que la future politique agricole tienne compte de trois points : une simplification de la politique, pour qu’elle puisse être mieux comprise des agriculteurs, un soutien aux paysans pour les pousser à se développer en tant qu’entrepreneurs, et une stratégie qui privilégier la qualité de la production et non sa quantité. /nbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus