Bienne : le Conseil-exécutif ne veut pas de routes cantonales supplémentaires

Une députée UDC demande que les rues de Madretsch et Mâche deviennent des routes cantonales ...
Bienne : le Conseil-exécutif ne veut pas de routes cantonales supplémentaires

Une députée UDC demande que les rues de Madretsch et Mâche deviennent des routes cantonales. Cela ne changerait rien, selon le gouvernement bernois

La rue de Madretsch ne doit pas être reclassée en route cantonale, pas plus que celle de Mâche, selon le Conseil-exécutif. (Photo: Google Maps) La rue de Madretsch ne doit pas être reclassée en route cantonale, pas plus que celle de Mâche, selon le Conseil-exécutif. (Photo: Google Maps)

Il n’est pas question de transformer les rues biennoises de Madretsch et de Mâche en routes cantonales. Le gouvernement bernois s’oppose à une motion de la députée UDC Sandra Schneider. Avec sa proposition, l’élue seelandaise espère limiter les mesures d’accompagnement liées à l’ouverture de la branche Est du contournement de l’A5, qui rendent le trafic plus difficile au centre-ville. Pour Sandra Schneider, ces mesures privent Bienne d’une solution de secours en cas de fermeture de l’autoroute. Revoir le classement de ces rues ne changerait rien, selon le Conseil-exécutif.


Rues aménagées dans tous les cas

 

Les rues de Madretsch et de Mâche seront aménagées de la même manière, qu’elles soient classées routes communales ou cantonales. Si des mesures d’accompagnement sont nécessaires et prévues, elles seront mises en œuvre. Le gouvernement bernois rappelle que ces deux rues assurent aujourd’hui en premier lieu la desserte du centre urbain et des quartiers, ce qui correspond à la volonté de la Confédération. Cette dernière verse d’ailleurs des subventions considérables pour la réalisation de ces mesures d’accompagnement qui visent à assurer que le contournement autoroutier déploie entièrement ses effets de délestages. Le Conseil-exécutif précise encore que faire face à une surcharge provisoire du trafic n’est pas une caractéristiques des routes cantonales au sens de la loi sur les routes, ni un motif suffisant pour un reclassement.


Des coûts à prendre en compte

 

Le gouvernement ajoute par ailleurs qu’un changement de classement provoquerait des coûts induits durables et élevés pour le canton de Berne. Pour toutes ces raisons, il propose au Grand Conseil de rejeter la motion de Sandra Schneider.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus