La sécheresse pèse sur le fourrage

Les agriculteurs de la région attendent la pluie avec impatience. Si les sols gèlent alors ...
La sécheresse pèse sur le fourrage

Les agriculteurs de la région attendent la pluie avec impatience. Si les sols gèlent alors qu’ils sont secs, la qualité et la quantité des céréales d’hiver pourraient être impactées, avec d’importants coûts à la clé

Le bel automne permet de laisser plus longtemps les bêtes à l'extérieur, mais il risque aussi de provoquer un manque de fourrage dans les mois à venir. Le bel automne permet de laisser plus longtemps les bêtes à l'extérieur, mais il risque aussi de provoquer un manque de fourrage dans les mois à venir.

Les agriculteurs pourraient bien payer le prix de la sécheresse au printemps prochain. Le manque de précipitations des dernières semaines est problématique à l’heure de planter les semis d’hiver. Si le sol gèle alors qu’il est sec, le développement des céréales pourrait être perturbé et mener à des récoltes de mauvaise qualité. Une situation inquiétante alors que la quantité de fourrage est déjà limitée. Le président de la Chambre d’agriculture du Jura bernois (CAJB), Bernard Leuenberger, explique que « certains agriculteurs tapent déjà dans leurs réserves d’hiver. Ça veut dire qu’au printemps ils devront acheter des fourrages à l’extérieur ».

 

Hausse des prix à prévoir


Problème : les pays voisins sont dans la même situation. Le coût des importations pourrait donc prendre l’ascenseur, d’autant plus que le manque d’eau rend actuellement impossible la navigation de porte-conteneurs sur le Rhin. « Si les bateaux ne peuvent plus venir jusqu’en Suisse, il faut reporter le transport du fourrage, des céréales et du diesel sur la route et le rail, ce qui provoque encore des coûts supplémentaires », précise Bernard Leuenberger.


Une aide de l'Etat souhaitée

 

Dans la perspective d’un printemps difficile, la CAJB espère-t-elle une aide de l’Etat ? « On espère toujours que la Confédération délie les cordons de la bourse, et qu’on puisse aider les agriculteurs qui se retrouveraient en difficulté. Actuellement, ils peuvent faire des demandes, et ceux qui ont déjà reçu des aides peuvent décaler ou étaler le remboursement ». /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus