« Un gouffre financier pour les communes »

Les Bernois se prononceront sur une baisse des impôts pour les entreprises le 25 novembre. ...
« Un gouffre financier pour les communes »

Les Bernois se prononceront sur une baisse des impôts pour les entreprises le 25 novembre. Le comité référendaire « Pas de cadeaux fiscaux pour les grandes entreprises » a présenté ses arguments

Le comité référendaire « Pas de cadeaux fiscaux pour les grandes entreprises » est composé de personnalités de différents partis et milieux Le comité référendaire « Pas de cadeaux fiscaux pour les grandes entreprises » est composé de personnalités de différents partis et milieux

Les grandes entreprises payeront-elles moins d’impôts dans le canton l’année prochaine ? Les Bernois trancheront le 25 novembre. Ils se prononceront en votation sur la révision de la loi sur les impôts adoptée par le Grand Conseil en mars. Le référendum « Pas de cadeaux fiscaux pour les grandes entreprises » a abouti avec 13'677 signatures. Le comité référendaire a présenté ses arguments mercredi.

 

Une politique fiscale irresponsable

Cette réforme prévoit de baisser l’impôt sur le bénéfice de 21,6% à 18,7%. Cela concernerait les entreprises qui dégagent au moins 63'000 francs de profit, soit un tiers des entreprises. La majorité du Grand Conseil et le Conseil-exécutif partent du principe que sans cette révision, le canton risque de voir des entreprises quitter le territoire et des places de travail disparaître.

Le comité référendaire dénonce une concurrence fiscale ruineuse entre les cantons, qui nuit à la population et aux petites et moyennes entreprises. Cette révision fiscale impliquerait une perte de 161 millions de francs dès 2020 dans les caisses du canton, des communes et des paroisses. Selon les opposants, il en résulterait une augmentation d’impôts pour les personnes physiques, ainsi que des réductions de prestations dans les domaines des soins à domiciles, des personnes handicapées, de la formation ou encore de l’aide sociale.

 

Des communes de la région sous pression

Le comité référendaire estime par ailleurs que cette révision serait indigeste pour les communes. 99% d’entre elles seraient concernées par la diminution des recettes fiscales. Plusieurs communes de la région seraient fortement touchées, comme Bienne qui perdrait 6,2 millions de francs, St-Imier environ 500'000 francs et La Neuveville 200'000 francs. /mdu


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus