L’eau, de plus en plus rare dans le Jura bernois

Le Syndicat des Eaux des Franches-Montagnes rappelle qu'une restriction d'eau est en cours ...
L’eau, de plus en plus rare dans le Jura bernois

Le Syndicat des Eaux des Franches-Montagnes rappelle qu'une restriction d'eau est en cours depuis cet été, dans les 24 communes qu'elle dessert. 11 sont dans le Jura bernois

Le SEF appelle à la responsabilité de chaque consommateur, afin qu'il réduise sa consommation quotidienne d'eau. Le SEF appelle à la responsabilité de chaque consommateur, afin qu'il réduise sa consommation quotidienne d'eau.

L'été aura été très ensoleillé et très sec. Conséquence : il faut consommer l’eau avec modération. Un appel, déjà lancé au début de l’automne par le Syndicat des eaux des Franches-Montagnes (SEF) , dans les 24 communes desservies (11 dans le Jura bernois et 13 communes des Franches-Montagnes). Lundi, la commune du Noirmont remettait ça, en invitant la population à limiter sa consommation d'eau. Pour rappel, le SEF pompe son eau à Cortébert et Cormoret, deux installations auxquelles viendra s'ajouter prochainement le puit des Sauges à Sonvilier.

 

« C'est un cas exceptionnel »

Or, un appel qui se poursuit en plein mois de novembre, ça a de quoi surprendre. Pierre-Alain Barthe, directeur du SEF, l’admet : « On peut considérer que c'est un cas exceptionnel, même si ça fait 3-4 ans qu'on a un déficit d'eau en fin d'année, plutôt qu'en été. » Et ce déficit d’eau, il faut réussir à le gérer avant les périodes de grand froid, selon Pierre-Alain Barthe : « Si on a des températures négatives avant les précipitations conséquentes, on aura des problèmes pour que l'eau pénètre dans la terre, pour réalimenter les nappes et les sources. »


Des restrictions d'eau plus compliquées en hiver

Du coup, le SEF et les communes attendent que la population se mobilise en limitant sa consommation d’eau. Pour Pierre-Alain Barthe, les restrictions d'eau en hiver sont plus compliquées qu'en été : « Pendant la saison estivale, on demande aux gens de ne pas remplir leur piscine, d'éviter d'arroser leur jardin. Mais en hiver, en plus d'éviter de remplir les bassins et de laver les extérieurs et les voitures, il faut réduire la consommation quotidienne d'eau. » Autre solution : il faudrait que la nature s’en mêle : « Si on avait deux semaines complètes de grosse pluie, les nappes et les sources seraient réalimentées », explique le directeur du SEF. Une solution qui parait plutôt compromise les prochains jours : même si la neige et la pluie devraient être au rendez-vous, les précipitations ne seront pas assez importantes pour que les nappes et les sources retrouvent un niveau convenable. /cto


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus