L’optimisme se maintient chez les industriels

La Chambre d’économie publique du Jura bernois a présenté son quatrième baromètre industriel ...
L’optimisme se maintient chez les industriels

La Chambre d’économie publique du Jura bernois a présenté son quatrième baromètre industriel mercredi. La reprise se poursuit dans les entreprises de la région, mais toutes ne sont pas affectées au même niveau

Les conclusions du quatrième baromètre de la CEP tendent vers une stabilisation de l'économie régionale, en dépit de certaines particularités. (photo: CEP) Les conclusions du quatrième baromètre de la CEP tendent vers une stabilisation de l'économie régionale, en dépit de certaines particularités. (photo: CEP)

La confiance se généralise au sein des entreprises de la région. La Chambre d’économie publique du Jura bernois a dévoilé les résultats de son quatrième baromètre industriel ce mercredi. Cet outil d’anticipation met en exergue les tendances attendues par les industriels pour le premier trimestre de 2019. De manière générale, la situation est plutôt positive. Les acteurs du secteur secondaire affichent un solide aplomb et les attentes en termes de volume d’affaire dévoilent une stabilisation.

 

Pas toutes à la même enseigne

Le baromètre relève toutefois des différences entre petites et grandes entreprises. Selon le directeur de la CEP, Patrick Linder, la reprise n’affecte pas toutes les entreprises de la même manière et ne suffit pas encore à panser toutes les plaies laissées ouvertes par la crise. Un écart existe entre les entreprises de plus ou moins 50 employés, notamment en matière de capacités d’investissement. « Cette séquence, saine au plan industriel, n’est pas encore apte à résorber intégralement le retard d’investissement accusé par les petites entreprises encore pénalisées par les effets monétaires depuis de longues années ».

 

Engager des réfugiés : oui, mais sous certaines conditions

La CEP a par ailleurs interrogé son panel d’entreprises quant à l’employabilité des réfugiés. Les entreprises de la région se disent prêtes à offrir des emplois qualifiés aux personnes disposant d’un livret F ou d’un permis B, elles regrettent toutefois que la situation actuelle ne réunisse pas les conditions idéales, notamment pour les personnes admises à titre provisoire. Pour les entreprises sondées par la CEP, les difficultés administratives et les délais parfois trop longs ne correspondent pas aux besoins de réactivité de l’industrie. Elles estiment qu’il faut un système clair réglant la question du permis de travail, des assurances, de la responsabilité et basé, par exemple, sur le modèle des chèques emploi. /mdu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus