Un quart de siècle que le Laufonnais est bâlois

Le Laufonnais s’est officiellement séparé du canton de Berne le 1er janvier 1994 pour rejoindre ...
Un quart de siècle que le Laufonnais est bâlois

Le Laufonnais s’est officiellement séparé du canton de Berne le 1er janvier 1994 pour rejoindre Bâle-Campagne

Le Laufonnais est passé du canton de Berne à celui de Bâle-Campagne il y a 25 ans (photo : Georges Henz). Le Laufonnais est passé du canton de Berne à celui de Bâle-Campagne il y a 25 ans (photo : Georges Henz).

La journée du Nouvel an marquera un anniversaire important pour le Laufonnais. Cette région a en effet officiellement quitté le canton de Berne pour rejoindre celui de Bâle-Campagne il y a 25 ans, soit le 1er janvier 1994. Une séparation qui s’est faite après 179 ans de cohabitation.

« Au douzième coup de minuit, ce qui était bernois est devenu bâlois ». C’est ce qu’écrivait à l’époque la Basler Zeitung, alors que le drapeau de Bâle-Campagne était hissé au sommet de la mairie. Après plus de dix ans de procédure, joie et soulagement étaient de mise du côté des militants bâlois. Nous avons retrouvé dans nos archives la réaction de l’un de ces sympathisants recueillie donc en 1994 par notre rédaction : 

Si le Laufonnais appartient géographiquement et historiquement à la région de Bâle, il avait été attribué au canton de Berne lors du Congrès de Vienne en 1815, en même temps que les six districts jurassiens de l’évêché de Bâle.

En 1979, le Laufonnais est devenu une enclave bernoise lorsque le canton du Jura a été créé. Ses habitants ont toutefois refusé de rejoindre Bâle-Campagne en 1983 par 56,7% des voix. Mais le vote a été invalidé par le Tribunal fédéral cinq ans plus tard. La raison : le gouvernement bernois avait secrètement versé des fonds au mouvement pour un Laufonnais bernois. 

La population est ensuite retournée aux urnes en 1989 et elle a, cette fois, décidé de changer de canton par 51,7% des voix. Le peuple suisse a donné son feu vert en 1993 et le divorce d’avec le canton de Berne est devenu officiel au 1er janvier 1994. Une séparation qui date mais qui est en même temps très actuelle vu la situation à Moutier. /ATS-alr



Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus