Les avalanches sous la loupe

Températures qui varient fortement, présence de vent et précipitations importantes… autant ...
Les avalanches sous la loupe

Températures qui varient fortement, présence de vent et précipitations importantes… autant de facteurs qui font quotidiennement varier le risque d’avalanche

L'institut pour l'étude de la neige et des avalanches publie chaque jour une carte du danger d'avalanche en Suisse. (Photo d'illustration) L'institut pour l'étude de la neige et des avalanches publie chaque jour une carte du danger d'avalanche en Suisse. (Photo d'illustration)

De la neige en quantité, c’est ce dont rêvent chaque hiver les adeptes des sports de glisse tout comme les propriétaires des remontées mécaniques. Si beaucoup se réjouissent de voir des flocons tomber en masse, d’autres les observent avec un œil plus attentif. C’est le cas des employés de l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches (SLF). Chaque jour, ils estiment, entre autres, le degré de risque de voir une avalanche se produire. Pierre Huguenin, responsable du site valaisan du SLF, nous explique les raisons qui font que ce degré change de jour en jour :

Des spécialistes de terrain

Comme l’explique le spécialiste, la météo est un élément crucial. Pour la surveiller, le SLF a constitué, sur le terrain, un véritable réseau d’experts. On les appelle des « observateurs ». Ils récoltent chaque jour des données sur la température, les précipitations, le vent et sur la nature de la neige. Dans l’arc jurassien, ils sont quatre, dont Martin Grünig à Nods. Il nous détaille la procédure qu’il suit quotidiennement :

Une fois les données enregistrées, elles sont envoyées au bureau central à Davos, où elles sont compilées. C’est à ce moment que le degré de risque est déterminé.

Sur le massif jurassien, il est souvent plus bas que dans les Alpes par exemple. Mais ça ne signifie pas pour autant qu’il est nul puisque certaines zones, comme les combes par exemple, sont potentiellement plus dangereuses. Tout comme les régions davantage balayées par le vent. Martin Grünig nous explique pourquoi :

Les prévisions du SLF sont à retrouver ici. /amo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus