Le Jura bernois ne veut pas limiter le mitage du territoire

Les citoyens de l’arrondissement ont dit « non » à 60,4% à l'initiative fédérale des Jeunes ...
Le Jura bernois ne veut pas limiter le mitage du territoire

Les citoyens de l’arrondissement ont dit « non » à 60,4% à l'initiative fédérale des Jeunes verts

Le taux de participation s'est monté à 31,8%. Le taux de participation s'est monté à 31,8%.

Les habitants du Jura bernois disent « non » à la limitation du mitage du territoire. Par 60,4% des voix, ils ont refusé dimanche l'initiative fédérale baptisée « Stopper le mitage – pour un développement durable du milieu bâti ». Pour ce scrutin, le taux de participation dans le Jura bernois s'est monté à 31,8%.


Soutien de grandes villes

Au niveau national, le texte a été rejeté à 63,7%. Aucun canton n’a soutenu le texte. Le Valais s’est montré le plus virulent avec 78,7% de « non ». À l’inverse, le refus des Genevois s’est limité à 52,3%, celui de Neuchâtel à 53,8%. Le « non » des autres cantons romands s’est également situé sous la moyenne nationale : 62% à Fribourg, 62,9% dans le canton de Vaud et 65% à Berne.

Un clivage grandes villes et campagne s’est dessiné côté francophone. Genève, Lausanne, Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds, Fribourg et Bienne ont soutenu le texte. Outre-Sarine, seules de petites communes ou des quartiers en ont fait de même. Au total, le camp du « non » a réuni quelque 1,291 million de voix. Environ 737'000 votants ont accepté le texte.

Baptisée « Stopper le mitage – pour un développement durable du milieu bâti », le texte exigeait un gel de la surface totale des zones à bâtir. Lancée par les Jeunes Verts et défendue par la gauche et les organisations de protection de l’environnement, l’initiative souhaitait encourager la construction de quartiers durables en agglomération et protéger les terres agricoles. Le texte était combattu par la droite et les milieux économiques. Pour eux, la révision de la loi sur l’aménagement du territoire votée en 2013 suffisait à contrer le mitage. Ils estimaient également que le texte serait nuisible au développement économique et mènerait à une hausse des loyers. /gtr-amo-ats

Moussia de Watteville, députée verte au Grand Conseil bernois réagit dans le Journal de 18h :

Retrouvez notre débat consacré à l’initiative dans Place publique ici.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus