La grève des femmes à la sauce biennoise

Le mouvement national aura aussi un écho dans la région. Un collectif met sur pied une grève ...
La grève des femmes à la sauce biennoise

Le mouvement national aura aussi un écho dans la région. Un collectif met sur pied une grève le 14 juin à Bienne. Deux autres dates ont aussi été retenues pour lancer cet événement

Le mouvement lancera son premier événement le 8 mars. (Photo : face Facebook Frauenstreik/grève des femmes, grève féministe - Biel/Bienne, modifiée). Le mouvement lancera son premier événement le 8 mars. (Photo : face Facebook Frauenstreik/grève des femmes, grève féministe - Biel/Bienne, modifiée).

A Bienne, les femmes feront aussi la grève. Le mouvement national prévu le 14 juin prochain sera aussi suivi dans la cité seelandaise. Le collectif biennois pour l’organisation de la grève des femmes le met sur place. Réuni lundi, il a décidé de retenir, en plus, deux autres dates pour des manifestations : le 8 et le 10 mars.

Pour ce premier rendez-vous, qui se tiendra lors de la journée internationale des droits des femmes, le collectif prévoit diverses animations comme la projection du film #Femalepleasure par exemple. L’occasion de lancer réellement le mouvement en vue de la grève générale.

Le 10 mars se tiendra ensuite les Assises nationales de tous les groupes engagés dans l’organisation de la grève. Il permettra aux différents acteurs d’échanger leurs idées et leurs expériences.

Mais le collectif biennois pour l’organisation de la grève des femmes ne compte toutefois pas s’arrêter là. Il entend bien utiliser cette première grève nationale pour organiser d’autres événements plus réguliers comme le confirme Anna Tanner, coordinatrice du mouvement.


Premières fois

« Ce qu’il y a de bien à Bienne, c’est qu’il n’y a pas vraiment une organisation qui prend les devants » se réjouit ainsi Anna Tanner. Elle affirme que de nombreuses personnes qui souhaitent prendre part à cette manifestation n’ont jamais mené de combat politique ou militant. Elle les appelle donc à rejoindre le collectif biennois pour « faire connaissance avec d’autres femmes qui partagent les mêmes idées ». /amo


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus