Les amis biennois ne sont que rarement sollicités

La campagne de communication « Bienvenue à Bienne » a été lancée il y a une année et demie ...
Les amis biennois ne sont que rarement sollicités

La campagne de communication « Bienvenue à Bienne » a été lancée il y a une année et demie. L'action serait-elle un flop ? Éléments de réponse

La plateforme regroupe 236 amis biennois. (Photo: capture d'écran Bienvenue à Bienne) La plateforme regroupe 236 amis biennois. (Photo: capture d'écran Bienvenue à Bienne)

Hommes, femmes, jeunes ou moins jeunes, Biennois de souche ou d’adoption. À l’instar d’un réseau social, les profils sont multiples sur le site de la campagne de communication « Bienvenue à Bienne ». Durant les six premiers mois, le projet a vécu une phase de recrutement d'amis. La ville espérait en obtenir une centaine. Désormais, ils sont plus de 230. L’été dernier le projet est entré dans sa deuxième phase, celle de promotion. Aujourd’hui quel bilan peut-on tirer ? Le vice-chancelier de la ville de Bienne, Julien Steiner :

Sur les 236 amis que compte la plateforme, nous avons mené un sondage auprès de 21 personnes. Un chiffre qui n’est de loin pas représentatif, mais qui permet tout de même de se faire une idée de la portée de la campagne. Parmi elles, 12 n’ont jamais été contactées. Sept l’ont été une fois ou plus par e-mail et deux personnes ont fini par rencontrer les intéressés par la ville de Bienne. C’était le cas par exemple de Virginie Borel, amie biennoise et directrice du Forum du bilinguisme :

D’après les chiffres, le site de la campagne a enregistré quelque 34'000 visiteurs. Et 540 interactions ont eu lieu en une année et demie. La campagne serait-elle un flop ? On retrouve le vice-chancelier de la ville de Bienne, Julien Steiner :

La campagne « Bienvenue à Bienne » a  jusqu'ici coûté 600'000 francs dont 2/3 financés par la ville de Bienne et 1/3 par les entreprises partenaires du projet. Elle est amenée à poursuivre son développement. /anl


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus