Pour un développement harmonieux de la Gurzelen

Les nouvelles bases de planification du quartier de la Gurzelen passeront en mars devant le ...
Pour un développement harmonieux de la Gurzelen

Les nouvelles bases de planification du quartier de la Gurzelen passeront en mars devant le Conseil de ville biennois avant d’être soumises au peuple en votation populaire en mai

Le Conseil de ville se penchera sur la modification des bases légales le 21 mars. Le Conseil de ville se penchera sur la modification des bases légales le 21 mars.

Construire un nouveau quartier, oui, mais pas n’importe comment : c’est le message qu’ont tenu à faire passer les autorités biennoises mardi. Elles ont convié la presse pour présenter l’avancée du projet du nouveau quartier de la Gurzelen qui prévoit notamment la construction de nouveaux logements et d’espaces verts. Elles ont indiqué en préambule que l’ensemble des oppositions contre ce projet ont pu être traitées. En réalité, seule une demeure : celle qui demande qu’une part des habitations soient dédiées à des logements d’utilité publique. Le maire Erich Fehr l’assure : « C’est la volonté du Conseil municipal de répondre à cette demande. Il faut encore que le Conseil de ville la valide ». Car le 21 mars, le législatif biennois se penchera sur la modification des bases légales pour permettre la construction du nouveau quartier. S’il l’accepte, ce sera ensuite à la population de se prononcer. La date de la votation est d’ailleurs déjà prévue, elle aura lieu le 19 mai.


Une question d’architecture

Si le projet passe toutes ces étapes, sa conception pourra alors commencer. Car le 19 mai, les Biennois ne voteront pas sur une maquette, mais bel et bien sur une autorisation de construire. Ils ne sauront pas, à cette date, à quoi ressemblera exactement le quartier. « Nous n’allons pas construire une tour de 50 étages », rassure toutefois Florence Schmoll, responsable du Département de l’urbanisme à Bienne. Elle précise que même si la morphologie des lieux n’est pas encore connue, la taille des bâtiments est déjà arrêtée : « Maximum cinq, voire six niveaux ».

Des concours d’architecture seront alors lancés en temps voulu pour trouver les meilleures solutions.

Quant à la question de la mobilité, la volonté est claire : il faut réduire au maximum l'utilisation des transports motorisés privés. Quand le parking de la Gurzelen disparaîtra, il sera remplacé par une zone de stationnement souterraine pour les résidents. Quelques places seront également définies le long des rues. /amo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus