Les mennonites accordent leur pardon au canton de Berne

La démarche a été officialisée samedi à Tavannes à l’occasion d’une journée de rencontre et ...
Les mennonites accordent leur pardon au canton de Berne

La démarche a été officialisée samedi à Tavannes à l’occasion d’une journée de rencontre et de réconciliation. Le président du Conseil-exécutif, Christoph Neuhaus, en avait formulé la demande en novembre 2017

La cérémonie s'est déroulée samedi aux anciens arsenaux de Tavannes. Les lieux sont actuellement en chantier. L’Eglise évangélique mennonite prévoit notamment d'en faire un lieu de culte (photo : archives). La cérémonie s'est déroulée samedi aux anciens arsenaux de Tavannes. Les lieux sont actuellement en chantier. L’Eglise évangélique mennonite prévoit notamment d'en faire un lieu de culte (photo : archives).

Les mennonites de Suisse pardonnent au canton de Berne les souffrances infligées à leurs ancêtres, les anabaptistes. La démarche a été officialisée samedi à Tavannes à l’occasion d’une journée de rencontre et de réconciliation. Le président du gouvernement bernois, Christoph Neuhaus, en avait fait la demande en novembre 2017. Du 16e au 18e siècle, le canton de Berne a fait partie de ceux qui ont poursuivi le plus durement les anabaptistes. Des centaines d’entre eux ont notamment été chassés pour avoir critiqué l’alliance entre l’Église et l’Etat.

Le co-président de la Conférence mennonite suisse et pasteur de l’Église Évangélique Mennonite de Tavannes, Christian Sollberger, nous explique ce que représente pour lui ce pardon :

 

Des dialogues ont eu lieu au sein de la communauté et avec le gouvernement bernois depuis novembre 2017. Diverses questions se sont notamment posées comme le souligne Christian Sollberger : 

Dans son allocution, le président du gouvernement, Christoph Neuhaus, a qualifié la persécution de l’époque comme une injustice qui a laissé des traces jusqu’à aujourd’hui. Il a également souligné l’importance du souvenir. /alr 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus