St-Imier réinvite les voisins à faire la fête

La Fête des voisins revient dans la cité imérienne pour une deuxième édition le 24 mai.
St-Imier réinvite les voisins à faire la fête

La Fête des voisins revient dans la cité imérienne pour une deuxième édition le 24 mai

L'an dernier pour la première édition, une dizaine de personnes se sont manifestées pour mettre sur pied des événements. (Photo: Municipalité de St-Imier) L'an dernier pour la première édition, une dizaine de personnes se sont manifestées pour mettre sur pied des événements. (Photo: Municipalité de St-Imier)

La Fête des voisins revient à St-Imier. Organisée pour la première fois l’an dernier, cet événement est une nouvelle fois mis sur pied dans la cité imérienne. Créé à Paris en 1999, il a pour but de faire se réunir les personnes d’un même immeuble ou d’un même quartier le temps d’une journée pour développer des liens.

En Suisse, plusieurs villes y prennent part mais dans la région, seule St-Imier s’est lancée. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir cherché à motiver d’autres communes, selon Alexandre Bédat, chef du service de l’action sociale à St-Imier. Il l’affirme : « dans les autres lieux, on nous dit que des manifestations du genre existent déjà et qu’il n’y a pas de raison de choisir cette date en particulier ». Pourtant, Alexandre Bédat confirme que des habitants d’autres communes se sont, eux, montrés intéressés.


Moins de 1'000 francs en 2018

Pour ce qui est de la première édition imérienne de la Fête des voisins, le bilan est positif. Une dizaine d’annonces sont parvenues à la Municipalité. Au total, Alexandre Bédat estime qu’entre 300 et 500 personnes y ont participé. Pour cette année, il espère faire au moins aussi bien, même s’il ne cache pas son souhait de voir le nombre doubler. Les personnes intéressées peuvent se manifester dès jeudi.

Les autorités, elles, ne se contentent pas uniquement de centraliser les demandes. Elles fournissent également du matériel gratuitement aux organisateurs. Mais la facture reste modeste, « moins de 1'000 francs » ont été dépensés l’an dernier selon Alexandre Bédat. /amo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus