Condamnation de l’ancien dirigeant chinois de Baoshida Swissmetal

L'ancien président du conseil d'administration de Baoshida Swissmetal a été condamné jeudi ...
Condamnation de l’ancien dirigeant chinois de Baoshida Swissmetal

L'ancien président du conseil d'administration de Baoshida Swissmetal a été condamné jeudi au terme d'une procédure simplifiée à 24 mois de prison avec sursis pendant deux ans par le Tribunal pénal économique à Bienne. Ce ressortissant chinois a été reconnu coupable de gestion déloyale pour environ 17 millions de francs

Photo : archives Photo : archives

L'ancien président du conseil d'administration de Baoshida Swissmetal a été condamné jeudi à 24 mois de prison avec sursis pendant deux ans par le Tribunal pénal économique à Bienne.

Le prévenu s'est engagé à rembourser à Baoshida Swissmetal SA la somme de 20'437'788 francs, a précisé vendredi le juge du Tribunal Jura bernois-Seeland Maurice Paronitti, confirmant une information du Journal du Jura. L'accusé a également été condamné à l'expulsion du territoire suisse pour une durée de cinq ans.

L'ancien président du conseil d'administration de cette entreprise métallurgique a été reconnu coupable de gestion déloyale, sans enrichissement personnel, pour 14,6 millions d'euros et 720'000 dollars, a ajouté Maurice Paronitti, membre du Tribunal pénal économique du canton de Berne.

Le juge a confirmé l'accord négocié entre les parties et a converti l'acte d'accusation en dispositif de jugement. L'accusé a déjà passé plusieurs mois en détention provisoire. Selon l'acte d'accusation, il s'est rendu coupable de gestion déloyale à « réitérées reprises » au préjudice de l'entreprise.

L'ancien président du conseil d'administration a ainsi mis en danger l'existence de l'entreprise qui emploie quelque 160 personnes sur les deux sites de production de Reconvilier (BE) et de Dornach (SO). Baoshida Swissmetal est au bénéfice d'un sursis concordataire jusqu'au 22 juillet.

Un industriel suisse souhaite acquérir l'entreprise pour 9 millions de francs. Mais la finalisation de cette opération est bloquée par le principal créancier, la China Development Bank (CDB). C'est auprès de cet institut bancaire d'Etat que l'ex-CEO chinois avait contracté un emprunt de 15 millions d'euros. /ats


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus