Loi sur l'aide sociale et l'asile avalisée au Grand Conseil

Les députés du parlement bernois ont accepté mardi à une large majorité la loi sur l'aide sociale ...
Loi sur l'aide sociale et l'asile avalisée au Grand Conseil

Les députés du parlement bernois ont accepté mardi à une large majorité la loi sur l'aide sociale dans le domaine de l'asile et des refugiés. La gauche a tout tenté pour rejeter le texte qu'elle considère comme trop rigide et pas assez humain

Photo : archives  Photo : archives 

La voix de la gauche n’a pas été entendue mardi après-midi au Grand Conseil. Les députés ont adopté la loi sur l’aide sociale dans le domaine de l’asile et des réfugiés par 100 voix contre 50 et 4 abstentions. Les arguments de la minorité pour contrer ce texte jugé beaucoup trop strict et basé sur un modèle de sanctions n’ont pas fait mouche à la tribune du parlement cantonal.

C’est au terme d’un débat fleuve entamé la semaine dernière que le texte a été finalement approuvé en première lecture. Les interventions ont, notamment, porté sur les mesures d’encouragement à mettre en place pour obtenir un meilleur taux d’intégration sur le territoire bernois. Les verts et les socialistes ont martelé l’importance de privilégier des logements individuels pour les requérants d’asile afin qu’ils puissent se construire une image de notre société qui correspond à la réalité et ce même si ces personnes n’ont pas de travail. Un point de vue qui n’a guère convaincu le camp adverse. L’UDC a ainsi rappelé que tout être humain fonctionne à l’encouragement et que si un requérant veut bénéficier d’un hébergement individuel, il doit répondre à certains critères et montrer qu’il est investi dans son processus d’intégration.

Le directeur de la santé publique du canton de Berne a surenchérit en soulignant que de tels incitatifs permettent d’essayer d’atteindre les objectifs que la Confédération a défini dans le domaine de l’asile. Pierre Alain Schnegg a encore rappelé que aujourd’hui 80% des personnes restent dépendantes de l’aide social 5 à 7 ans après leur arrivée sur le territoire et ce n’est clairement pas acceptable pour le gouvernement.

Jeudi dernier, le Grand Conseil avait déjà avalisé le texte portant sur l’introduction de la loi fédérale sur l’asile et la loi fédérale sur les étrangers. Ces deux lois prévoient une vaste réorganisation des tâches entre les directions du gouvernement afin de diminuer les coûts tout en créant un cadre favorable pour atteindre les objectifs fédéraux en matière d’intégration. /nme


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus