Engouement croissant pour la médecine de famille dans le canton de Berne

Le programme d’assistanat en cabinet médical porte ses fruits, un engouement croissant se précise ...
Engouement croissant pour la médecine de famille dans le canton de Berne

Le programme d’assistanat en cabinet médical porte ses fruits, un engouement croissant se précise pour la médecine de premier recours, les zones rurales en profitent largement

La profession de médecin de famille est en train de se refaire une santé. (Image d'illustration) La profession de médecin de famille est en train de se refaire une santé. (Image d'illustration)

La profession de médecin de famille est en train de redorer son blason dans le canton de Berne. Un engouement croissant pour le métier a été constaté durant les dix dernières années, en particulier dans les régions rurales : le résultat d’un programme d’assistanat qui vise à encourager le choix de la médecine générale auprès des étudiants.


« Un réel succès »

En moyenne, huit médecins assistants sur dix qui ont pris part au programme exercent déjà comme généralistes ou comptent le devenir. « Un réel succès » selon la société des médecins du canton de Berne et la Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale qui ont communiqué sur le sujet mercredi. Les chiffres de cette évolution ne sont toutefois pas connus pour le Jura bernois. Lancé par le canton en 2008, le programme finance chaque année 35 assistanats de plusieurs mois. Durant cette période, les futurs médecins travaillent dans un cabinet. Le système a été mis en place principalement en zone rurale, là où la pénurie se fait le plus sentir.


Le programme fait mouche

87% des participants disent vouloir s’installer dans un cabinet grâce à l’assistanat qu’ils ont effectué. Autres raisons principales évoquées : les maîtres de stage, la diversité du travail médical, des patients accompagnés sur le long terme, ou encore la compatibilité entre travail et famille.

Ces résultats ne doivent toutefois pas occulter la réalité qui reste préoccupante. « La pénurie de médecins de premier recours devrait encore s’aggraver à moyen terme en raison des départs à la retraite », indique la société des médecins du canton de Berne. Mais « le système de l’assistanat en cabinet restera un moyen sûr d’y pallier ». /comm-jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus