L’extinction nocturne séduit les communes des Parcs naturels régionaux

Lors de tables rondes, une vingtaine d’élus ont échangé vendredi à Tramelan sur l’extinction ...
L’extinction nocturne séduit les communes des Parcs naturels régionaux

Lors de tables rondes, une vingtaine d’élus ont échangé vendredi à Tramelan sur l’extinction nocturne. La possibilité d’une extinction complète du territoire Doubs-Chasseral a été mentionnée

Les communes ont notamment pu échanger sur les enjeux techniques et communicationnels de l'extinction nocturne de l'éclairage public (Photo : Parc du Doubs) Les communes ont notamment pu échanger sur les enjeux techniques et communicationnels de l'extinction nocturne de l'éclairage public (Photo : Parc du Doubs)

L’extinction nocturne de l’éclairage public, un thème qui intéresse. La sixième séance intercommunale sur l’énergie, organisée par les Parcs du Doubs et Chasseral, a connu une participation record vendredi à Tramelan : dix-neuf des trente-sept communes des Parcs naturels régionaux, soit 24 conseillers et conseillères communaux, ont pris part aux échanges d’expérience sur la thématique. Les participants ont ensuite pu profiter de la Fête de la Nuit organisée par la commune de Tramelan.

La première discussion était consacrée aux enjeux techniques de l’extinction nocturne. Il a notamment été question de la difficulté d’éteindre l’éclairage le long des routes cantonales et la possibilité de rallumer facilement l’éclairage si nécessaire. Les économies financières de plusieurs milliers de francs qu’offre cette pratique ont été relevées par toutes les communes qui ont recours à l’extinction nocturne. La seconde table ronde traitait de façon de communiquer un projet d’extinction à la population.

Vers une extinction complète du territoire Doubs-Chasseral?

Devant l’engouement des communes pour cette thématique, la séance a été conclue sur la proposition que les Parcs Doubs et Chasseral deviennent un vaste territoire pratiquant l’extinction nocturne. Si toutes les communes adhèrent, plus de 680 km2 pourraient ainsi, à terme, profiter du retour de l’obscurité. De nombreux avantages en découleraient, pour la biodiversité et pour les humains notamment.

Sur les trente-sept communes des Parcs Doubs et Chasseral, six pratiquent déjà l’extinction, cinq sont en phase de test, et dix-sept ont déjà manifesté un grand intérêt pour la démarche. Une prochaine séance intercommunale sera organisée par les Parcs en 2020 pour approfondir le sujet et analyser comment valoriser la démarche pour la région. /comm-ech


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus