Du sursis pour le pasteur aux moeurs SM

Le Tribunal de police à Boudry l’a condamné mercredi à 90 jours amende pour actes d’ordre sexuel ...
Du sursis pour le pasteur aux moeurs SM

Le Tribunal de police à Boudry l’a condamné mercredi à 90 jours amende pour actes d’ordre sexuel par négligence sur un enfant assorti d’une mise à l’épreuve de deux ans. Le Ministère public demandait l’acquittement

Le Tribunal relève que l'homme aurait dû se renseigner sur l'âge effectif de son partenaire de jeu, âgé de moins de 16 ans au moment des faits. (Image d'illustration). Le Tribunal relève que l'homme aurait dû se renseigner sur l'âge effectif de son partenaire de jeu, âgé de moins de 16 ans au moment des faits. (Image d'illustration).

Un pasteur vaudois aux moeurs sadomasochistes condamné. L’homme a été reconnu coupable mercredi d’actes d’ordre sexuel par négligence sur enfant par le Tribunal de police de Boudry. Il écope d’une peine de 90 jours amende à 120 francs avec sursis pendant deux ans. Il devra aussi verser 3'000 francs pour tort moral à son partenaire de jeu sexuel. Le Ministère public comme la défense demandaient l’acquittement.

Le prévenu s’est adonné à trois reprises, entre janvier et mars 2016, à des relations SM avec un jeune âgé de 15 ans au moment des faits. Les deux protagonistes se sont rencontrés sur un site de relations sexuelles destiné aux homosexuels. L’adolescent, qui est suivi pour un léger retard mental, a affirmé dans un premier temps avoir 20 ans, puis 19 ans. Le pasteur dit qu’il était persuadé que le jeune homme était majeur et qu’il n’a pas remarqué son retard mental.

Pour le Ministère public et la défense, le pasteur, qui a perdu son emploi, ne pouvait pas deviner que le jeune homme n’était pas majeur. La rencontre s’est déroulée le soir dans un endroit sombre à Areuse et, dans ce genre de situation qui a été qualifiée de plan-cul, on n’est pas là pour boire le thé et discuter mais pour passer à l’acte. La même analyse est faite en ce qui concerne le léger retard mental du jeune homme. Mais surtout, précise le procureur, la justice n’est pas là pour juger la morale mais pour appliquer les lois.

Le juge du Tribunal de police à Boudry estime que le prévenu aurait dû faire preuve de plus de méfiance. A cet âge, il est parfois très difficile de dire si un adolescent à 15 ans, 16 ans ou s’il est majeur. Il aurait dû se renseigner d’autant plus que la rencontre était agendée et que les actes ne se sont pas produits dans l’emportement du moment. Et au juge de renchérir que dans des relations sadomasochistes, des relations qui peuvent être nocives, il faut prendre toutes les précautions. Ce qui n'a pas été fait.

La défense, qui plaidait l’acquittement, est satisfaite que le juge ait retenu la négligence. Elle ne sait en revanche pas encore si elle va faire appel.

La partie plaignante est satisfaite du verdict.

Les parties ont dix jours pour notifier au juge leur intention de faire appel. /sma

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus