Clap de fin pour la pompe du Montoz

La pompe de Court qui alimentait en eau potable les fermes du Montoz a été mise hors service ...
Clap de fin pour la pompe du Montoz

La pompe de Court qui alimentait en eau potable les fermes du Montoz a été mise hors service vendredi matin après plus de cent ans d'histoire 

Daniel Bueche, président de la Bourgeoisie de Court et son fontainier, Maurice Kiener ont stoppé définitivement la pompe du Montoz vendredi  Daniel Bueche, président de la Bourgeoisie de Court et son fontainier, Maurice Kiener ont stoppé définitivement la pompe du Montoz vendredi 

La Bourgeoisie de Court ferme un chapitre centenaire de son histoire. Elle a mis hors service vendredi à 10h30 la pompe qui servait à amener l’eau potable sur le Montoz. Ces installations alimentaient les exploitations agricoles situées à plus de 1200 mètres d’altitude depuis 1908. Désormais, les habitations du Montoz de Court - soit trois fermes et quatre chalets privés - sont uniquement reliées au Syndicat des eaux de la Montagne de l’Orval (SEMOR). Le réseau était déjà raccordé au SEMOR depuis la fin des années 1970 pour assurer une solution de secours en cas de défaillance sur la pompe du Montoz.

 

Des tuyaux remis à neuf

Pour permettre une alimentation optimale et dans de bonnes conditions, de nouvelles conduites d’une longueur totale de 3300 mètres ont été posées sur le réseau du Montoz. Quatre nouvelles fontaines ont également été installées dans les pâturages pour permettre un meilleur abreuvage du bétail en estivage. Le coût total des travaux s’élève à 715'000 francs dont environ 160'000 francs à charge de la Bourgeoisie de Court, le reste étant financé par la Bourgeoise de Longeau (en tant que propriétaire d'une des trois fermes du Montoz), les propriétaires privés et les subventions cantonales et fédérales.

 

Un projet d’énergie renouvelable

La Bourgeoisie de Court souhaite toutefois ne pas abandonner l’énergie hydraulique qui faisait tourner la pompe de Montoz. Elle entend l’utiliser pour produire de l’électricité et ainsi alimenter une soixantaine de ménages dans le quartier. Le projet a été stoppé par une opposition mais la Bourgeoisie est en train d’élaborer un dossier plus précis et reste confiante pour sa concrétisation. Le coût total de ce nouveau projet s’élève à 1 million de francs. /nme

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus