Une grosse explosion qui profite au sucre

L’industrie sucrière suisse utilise la pierre calcaire extraite de nos carrières afin de purifier ...
Une grosse explosion qui profite au sucre

L’industrie sucrière suisse utilise la pierre calcaire extraite de nos carrières afin de purifier son jus de betterave

Le dynamitage au sein d'une carrière, ici à Gänsbrunnen, profite largement à l’industrie sucrière suisse. (Photo: Auditeur-Reporter) Le dynamitage au sein d'une carrière, ici à Gänsbrunnen, profite largement à l’industrie sucrière suisse. (Photo: Auditeur-Reporter)

La pierre qui est extraite dans nos carrières ne sert pas seulement à construire des routes… Aussi improbable que cela puisse paraître, le calcaire extrait est également utilisé dans l’industrie sucrière. Au sein de la carrière de Gänsbrunnen, juste après Crémines, un volume d'excavation de 600’000 m3 a été approuvé. Sur ce total, une bonne partie, soit environ un tiers, est utilisée dans le traitement du sucre. Le calcaire permet d’extraire une substance qui en empêche la cristallisation comme l’explique le chef technique et de l’entretien de la sucrerie d’Aarberg, Willy Köhli :

Lors du traitement au sein de la sucrerie, le caillou est transformé et passe par différents états comme l’indique Willy Köhli :

Au final, ce qui reste - à 70% de la matière sèche - est utilisé comme engrais par les agriculteurs sur leurs champs.

Un dynamitage impressionnant

Le 26 novembre, un gros dynamitage a été effectué du côté de Gänsbrunnen, comme le montre la vidéo ci-dessus fournie par un auditeur-reporter. La carrière gérée par Stegag Steinbruch SA effectue de tels dynamitages trois à cinq fois par an. Dans ce cas précis, il s’agissait d’une explosion « normale » selon Reinhold Dörfliger, membre du comité d’administration et responsable technique de l'entreprise. Ce dernier précise encore que Stegag Steinbruch SA ne s’occupe plus elle-même de réaliser ces opérations délicates. Le mandat a été confié à une entreprise externe, tout comme celui de vérifier ensuite la géologie du terrain et de s’assurer de la stabilité des roches.

La carrière est en fonction depuis environ 40 ans après une période où elle n’était plus exploitée. Sa durée de vie actuelle est estimée entre 30 et 70 ans selon Reinhold Dörfliger. Un tiers de la production est utilisé par la sucrerie d’Aarberg, le reste est fourni en tant que matériel de construction à des fins municipales et privées. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus