Pour sauver les faons, le drone n'est pas une solution miracle

De plus en plus de privés souhaitent s’équiper pour pouvoir repérer les faons dans les champs ...
Pour sauver les faons, le drone n'est pas une solution miracle

De plus en plus de privés souhaitent s’équiper pour pouvoir repérer les faons dans les champs avant le passage des machines agricoles. Si la technique est efficace, elle ne permet pas une réussite parfaite d’autant que certains pilotes manquent d’informations

Installer des répulsifs ou 
encore fouiller les champs juste avant le passage des machines agricoles
 sont quelques unes des techniques à mettre en place en parallèle de 
l'usage d'un drone. (Photo d'illustration) Installer des répulsifs ou encore fouiller les champs juste avant le passage des machines agricoles sont quelques unes des techniques à mettre en place en parallèle de l'usage d'un drone. (Photo d'illustration)

Chaque année, des milliers de faons périssent en Suisse sous les lames des machines agricoles. Fort de ce constat, de nombreux privés décident de s’équiper de drones. Leur but : survoler les champs avant le passage des agriculteurs pour repérer les animaux et les déplacer. Le coût de ces engins volants étant relativement important, des campagnes de financement participatif sont régulièrement lancées. En septembre dernier l’association « Sauvetage faons Jura bernois » a débuté la sienne. Plus récemment, c’est « Sauvetage faons Chasseral » qui en a aussi démarré une.

Si l’utilisation de drones peut permettre de repérer ces animaux, cette technique n’est pas, à elle seule, suffisante. La végétation parfois dense ne permet pas aux caméras, même les plus sophistiquées, de percevoir un faon. Garde-faune pour la région de Moutier, Louis Tschanz explique également que parfois, les utilisateurs manquent d’informations pour réaliser cette tâche correctement :

Dans le Jura bernois, un groupe Whatsapp a été créé pour permettre l’échange d’informations. Lorsqu’un agriculteur souhaite faucher, il peut ainsi contacter les gardes-faune pour demander de l’aide. A leur tour, ces derniers lancent un message à des bénévoles, qui viennent inspecter les champs pour trouver des faons. Louis Tschanz indique que les personnes intéressées par cette tâche peuvent librement contacter l’un des gardes-faune.


Changement de loi en 2020

En juin 2020, la Suisse adoptera la nouvelle législation européenne en matière de drones. Désormais, tous les utilisateurs possédant des engins de plus de 250 grammes devront automatiquement s’annoncer auprès de l’Office fédéral de l’aviation civile et passer un examen. /amo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus