Quand la fille d’un berger en pinçait pour un notaire en 1753

Une lettre d’amour originale qui date du 18e siècle ressurgit du passé grâce aux Archives de ...
Quand la fille d’un berger en pinçait pour un notaire en 1753

Une lettre d’amour originale qui date du 18e siècle ressurgit du passé grâce aux Archives de l’ancien Evêché de Bâle

La lettre d'amour conservée dans son carton aux Archives de l'ancien Evêché de Bâle. La lettre d'amour conservée dans son carton aux Archives de l'ancien Evêché de Bâle.

Les Archives de l’ancien Evêché de Bâle sortent de l’oubli une lettre d’amour qui date de 1753. La missive est particulièrement originale. Le texte est rédigé sur un disque de papier entouré de seize cœurs qui contiennent également quelques mots. La lettre dont le style est assez naïf a été écrite par la fille d’un berger d’Alle - Marie Jeanne Biequelerinne âgée de 19 ans - qui déclare sa flamme à un notaire de Cornol, Pierre Antoine Girard, de dix ans son aîné. Malheureusement pour l’auteure, le sentiment n’est pas partagé et les deux protagonistes finiront par se marier chacun de son côté. La missive sera présentée d’avril à octobre prochains au Musée national suisse au château de Prangins dans le cadre d’une exposition sur l’amour et la sexualité au 18e siècle. La lettre a été retrouvée dans les archives du notaire ajoulot, comme l’explique Damien Bregnard, historien aux Archives de l’Ancien Evêché de Bâle :   

A noter encore que l’auteure de la lettre avait cacheté la missive d’un sceau plaqué de cire rouge avec le motif d’un cœur dans une main… /comm-fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus