« Oui à l’aire de transit de Wileroltigen »

Les sympathisants au projet d’aire de transit pour les gens du voyage étrangers à Wileroltigen ...
« Oui à l’aire de transit de Wileroltigen »

Les sympathisants au projet d’aire de transit pour les gens du voyage étrangers à Wileroltigen sont entrés en campagne mardi à Berne, ils indiquent profiter d’un large soutien

L'aire n'est atteignable que par l’autoroute A1. (Photo: canton de Berne) L'aire n'est atteignable que par l’autoroute A1. (Photo: canton de Berne)

« Oui à l’aire de transit de Wileroltigen ». Le comité de soutien au projet en faveur des gens du voyage étrangers a tenu sa conférence de presse mardi matin à Berne. Le projet prévoit d’agrandir une aire de repos déjà existante sur l’autoroute A1 en créant 36 places pour les caravanes pour un coût total de 3,3 millions de francs. « Et cette solution est largement soutenue » clament en chœur les sympathisants.


Un large soutien

C’est un des éléments phare utilisé par le comité « Oui à l’aire de transit de Wileroltigen ». « Les personnes qui défendent cette initiative sont de presque tous les grands partis politiques », martèle le comité qui rappelle également que le Grand Conseil a soutenu le projet par 113 voix contre 32, que de nombreux maires et conseillers municipaux sont en faveur de cette aire tout comme des représentants des églises nationales.


L’endroit idéal

Après l’argument du large soutien, le comité indique également que « le site choisi est idéal », uniquement accessible par l’autoroute. Il a en outre été sélectionné sur plusieurs centaines d’autres. On rappelle qu’un projet à Meinisberg avait été abandonné en 2016 par le Grand Conseil.

Pour les défenseurs de cette version-ci à Wileroltigen - près de Mühleberg – l’aire permettrait « d’éviter de nombreuses occupations illégales », avec comme avantages, une prise en charge par le canton, ainsi qu’un règlement pour la durée du séjour et l’élimination des déchets. Le comité indique par ailleurs que l’utilisation de l’aire serait payante pour les gens du voyage étrangers.

De son côté la commune de Wileroltigen s’oppose à l’aire de transit pour les gens du voyage. Elle est soutenue par les jeunes UDC qui sont à l’origine du référendum sur cet objet. Le peuple bernois aura le dernier mot en votation le 9 février. /jrg

Le maire de Brügg, Marc Meichtry, a testé dans son village une aire de transit : «Pas de solution miracle, mais indispensable »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus