Feux de forêts : le canton de Berne est-il prêt ?

Le canton de Berne a-t-il les moyens d’intervenir rapidement en cas de départ de feu de forêt ...
Feux de forêts : le canton de Berne est-il prêt ?

Le canton de Berne a-t-il les moyens d’intervenir rapidement en cas de départ de feu de forêt ? La députée verte de Tramelan Moussia de Watteville s’interroge

Les feux de forêt pourraient se multiplier avec la succession d'été secs. (Photo : archives) Les feux de forêt pourraient se multiplier avec la succession d'été secs. (Photo : archives)

Il faut être prêt à réagir rapidement en cas de feu de forêt de grande ampleur. C’est le message lancé en fin de semaine par Moussia de Watteville. La députée verte de Tramelan demande dans une interpellation si tous les plans d’actions en cas d’incendie sont évalués et s’ils sont mis à jour régulièrement en lien avec la situation sur le terrain. Selon elle, il vaut mieux se préparer au pire que de dire après coup que l’on ne pouvait pas prévoir des feux qui ne s’étaient jamais produits.

En interpellant le Conseil-exécutif, la députée verte fait évidemment référence aux incendies ravageurs qui ont frappé l’Australie. Moussia de Watteville veut porter l’attention sur le fait que les sécheresses à répétition affaiblissent les forêts de notre pays et de la région, les rendant potentiellement dangereuses. Au-delà du manque d’eau, elles sont aussi impactées par les tempêtes et le bostryche. Selon la députée verte, il est important de pouvoir réagir rapidement en cas de départ de feu.

Moussia de Watteville prend pour exemple l’incendie qui a détruit 18 hectares de forêt à La Neuveville en avril 2018 et déclare que dans ce cas, il a fallu attendre un long moment avant que des hélicoptères n’interviennent sur le terrain difficilement praticable en véhicules et à pied. Ce qui fait se demander à la députée verte si la Confédération ne ferait pas mieux d’acheter deux canadairs plutôt que des avions de chasse. Elle conclut en rappelant que les forêts Suisses jouent de nombreuses fonctions et doivent être protégées.

Le Conseil-exécutif est notamment appelé à évaluer les risques d’incendies de forêt sur le territoire bernois et de dire quels sont les moyens d’intervention dont il dispose. /ast


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus