Vote à Moutier : la date du 7 février 2021 évoquée

La délégation du Conseil-exécutif pour les affaires jurassiennes a rencontré mercredi celle ...
Vote à Moutier : la date du 7 février 2021 évoquée

La délégation du Conseil-exécutif pour les affaires jurassiennes a rencontré mercredi celle du Conseil municipal de la cité prévôtoise afin d’évoquer l’organisation d’un nouveau scrutin. La date du 7 février 2021 a été avancée par Berne sans qu'un accord soit trouvé

De gauche à droite, Valentin Zuber, président de la délégation du Conseil-municipal de Moutier aux affaires jurassiennes, Pierre Alain Schnegg, président de la délégation du Conseil-exécutif aux affaires jurassiennes, ainsi que Jean-Christophe Geiser, en charge du dossier jurassien à l'Office fédéral de la justice. De gauche à droite, Valentin Zuber, président de la délégation du Conseil-municipal de Moutier aux affaires jurassiennes, Pierre Alain Schnegg, président de la délégation du Conseil-exécutif aux affaires jurassiennes, ainsi que Jean-Christophe Geiser, en charge du dossier jurassien à l'Office fédéral de la justice.

Les discussions pour un nouveau vote communaliste à Moutier sont engagées. La délégation du Conseil-exécutif pour les affaires jurassiennes a rencontré pour la première fois mercredi celle du Conseil municipal de la cité prévôtoise. Aucun accord entre les deux parties pour une date sur le nouveau scrutin n’a pour l’heure été arrêté. Pierre Alain Schnegg, président de la délégation bernoise, a toutefois évoqué l’échéance du 7 février 2021 en précisant qu’il s’agissait de « la première date qui paraît réaliste pour réaliser ce vote ». Pour rappel, le Conseil municipal de Moutier avait indiqué de son côté vouloir voter à nouveau à la date du 21 juin 2020.


Rétablir la confiance

« Nous avons fait un pas dans la bonne direction », a expliqué Pierre Alain Schnegg qui a encore continué en précisant « que les deux parties ne sont pas encore d’accord sur tout, notamment la date ». Le conseiller d’Etat bernois a par contre indiqué que les discussions ont été fructueuses concernant le cadre des mesures à adopter afin de garantir l'exemplarité du nouveau vote. En termes de priorité, il s’agira selon Pierre Alain Schnegg « de rétablir la confiance entre les autorités », mais aussi « dans les institutions et dans le processus de vote ». Le conseiller d’Etat bernois a encore précisé que les négociations vont dans ce sens. Il a notamment mentionné le fait que le registre électoral a été transmis par les autorités de Moutier à la Chancellerie bernoise et que Berne attendait désormais l’accès au registre électronique de la base de données du contrôle des habitants. En conclusion, Pierre Alain Schnegg a indiqué que le processus devra encore être discuté au sein de la tripartite sous l’égide de la Confédération.


Détente amorcée malgré le désaccord

De son côté, Valentin Zuber, président de la délégation aux affaires jurassiennes pour le Conseil municipal de Moutier, a tout d’abord tenu à saluer cette rencontre comme « étant un premier pas dans le rétablissement de relations normales entre la commune de Moutier et le canton de Berne, relation très compliquée depuis la votation du 18 juin 2017 ».

Par contre, sur le calendrier avancé par Berne, le Prévôtois n’a pas caché son désaccord. La délégation du Conseil municipal reste d’avis qu’un tel scrutin est organisable en six mois, « ce calendrier nous paraît aujourd’hui tout à fait tenable », a-t-il indiqué en précisant encore « qu’aux yeux du Conseil municipal, il n’est pas tenable de laisser traîner un processus qui péjore la situation sociale et économique de Moutier ».

Au final, il reste sur la table les deux propositions, soit celles du 21 juin 2020 et du 7 février 2021. Les prochaines discussions devront permettre de trouver un terrain d’entente. Les deux parties ont rappelé, cette fois d’une seule voix, que le but ultime reste d’organiser un scrutin exempt de tout reproche afin de clore, une fois pour toutes, le douloureux chapitre de l’appartenance cantonale de Moutier.


La Confédération au premier plan

À cette fin, la Confédération devra « jouer un rôle accru » selon le communiqué du canton de Berne publié mercredi. Il est question notamment de la surveillance du scrutin et du dépouillement des bulletins. « Le vote par correspondance devra être mieux encadré, tout comme le vote à l’urne. Des mesures devront aussi être prises pour assurer le bon déroulement du vote dans les homes et chez les personnes à l’aide sociale ou sous curatelle », a encore précisé le canton. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus