Le chômage partiel s’installe dans la région

Les demandes de chômage partiel déposées par les entreprises du Jura bernois et Bienne ont ...
Le chômage partiel s’installe dans la région

Les demandes de chômage partiel déposées par les entreprises du Jura bernois et Bienne ont augmenté, plusieurs seront activées dès mars ou avril

Le chômage partiel s'installe dans notre région. (Image d'illustration) Le chômage partiel s'installe dans notre région. (Image d'illustration)

Les demandes de chômage partiel - aussi appelées réduction de l’horaire de travail (RHT) - explosent dans le canton de Berne depuis le quatrième trimestre de l’année dernière. Ce sont les entreprises industrielles qui sont particulièrement touchées. Le Jura bernois et Bienne en font les frais.

Pour bien comprendre le changement de paradigme quelques chiffres : au cours de l’année 2019, 61 demandes de chômage partiel avaient été faites pour le Jura bernois et Bienne. Cette année, pour le mois de janvier et selon des chiffres partiels pour février, on en est déjà à 28. Autrement dit, en deux mois, presque la moitié du nombre total de demandes faites en 2019 a déjà été atteinte.


Anticiper la mauvaise conjoncture

Plusieurs entreprises de notre région vont commencer de manière effective la RHT dès le mois de mars. C’est notamment le cas de Tornos. Le fabricant de machines-outils prévôtois ne souhaite pas communiquer le nombre de personnes concernées par la mesure, pas plus que les autres entreprises régionales contactées d’ailleurs. La situation économique est effectivement en train de changer et les entreprises anticipent cette mauvaise conjoncture selon Patrick Linder, directeur de la Chambre d’économie publique du Jura bernois (CEP) :

L'arrivée du Coronavirus en Suisse est l'un des éléments événementiels qui vient perturber la bonne marche de l’économie. Quel impact ce virus peut-il avoir ? Patrick Linder tient à souligner l’imprévisibilité de cet élément :

Usine à nouveau ouverte en Chine

Tornos a par exemple dû fermer son usine en Chine durant quatre semaines. Elle n’a pu ouvrir ses portes à nouveau que ce lundi. À Moutier, l’entreprise est en train de mettre en place des mesures pour lutter contre l’arrivée potentielle du virus. Des endroits pour se désinfecter les mains seront prochainement installés.

Pour rappel, le chômage partiel doit permettre de compenser temporairement une baisse des commandes et préserver les postes de travail. L'assurance-chômage verse une indemnité qui s'élève à 80% du gain pris en considération. Un soutien qui n’intervient que si la perte de travail est temporaire et qu'elle ne peut pas être évitée par d'autres mesures. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus