Bienne compte ses lavabos pour la reprise des classes

Pour la reprise de l’enseignement présentiel à Bienne, les élèves seront deux jours en demi-classe ...
Bienne compte ses lavabos pour la reprise des classes

Pour la reprise de l’enseignement présentiel à Bienne, les élèves seront deux jours en demi-classe. Dans le Jura bernois on assiste par contre à une solution panachée entre les communes, souveraines de leur choix

Les autorités biennoises ont présenté jeudi matin leur plan en vue de la rentrée présentielle des classes d'école. Les autorités biennoises ont présenté jeudi matin leur plan en vue de la rentrée présentielle des classes d'école.

À Bienne, lundi ils seront près de 6'200 élèves de retour sur les bancs d’école. Le 11 mai marque la deuxième phase de déconfinement du Conseil fédéral face à la pandémie de Covid-19. La Ville de Bienne se dit prête pour cette rentrée spéciale après six semaines d’enseignement à distance. Les deux premiers jours, les élèves se rendront par demi-classe à l’école. Cette mesure a été décidée par la Confédération et le canton. À quoi servira-elle ? Reto Meyer, responsable école et sport à Bienne explique que ce délai permettra de réaliser un bilan :

Dès mercredi ensuite, l’enseignement reprendra à un rythme « quasi normal » et avec les effectifs complets. Seuls les leçons de natation et les cours à option n’auront pas lieu. Une attention toute particulière sera donnée au lavage des mains. La Ville a d’ailleurs recensé 1'100 lavabos à disposition dans les écoles biennoises.


Solution panachée dans le Jura bernois

En Romandie et au Tessin par contre, le système des demi-classes sera maintenu plus longtemps. Dans le Jura bernois, aucun consensus n’a été atteint malgré les recommandations du Syndicat des enseignants francophones bernois (SEFB). Lundi, les écoles recommenceront avec des systèmes panachés entre l’option des demi-classes sur deux jours, une semaine ou deux semaines. Chaque commune a pu décider souverainement. Est-ce à dire que le syndicat a été désavoué auprès des autorités communales ? La réponse du coprésident du SEFB, Peter Gasser :

Peter Gasser dit regretter ce manque de consensus. Pour le syndicat la meilleure solution aurait été celle à deux semaines.

Au final, Valbirse a par exemple pris la solution à deux jours. Le cercle du Covicou dans le Vallon de St-Imier a opté pour la variante à une semaine, alors que Moutier et Tramelan ont choisi les demi-classes durant deux semaines. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus