Retour attendu des offices religieux

Depuis jeudi dernier, les rassemblements religieux sont à nouveaux autorisés. Un assouplissement ...
Retour attendu des offices religieux

Depuis jeudi dernier, les rassemblements religieux sont à nouveaux autorisés. Un assouplissement attendu par de nombreux chrétiens en ce week-end de Pentecôte

Près d'une centaine de personnes se sont réunies à l'église Saint-Marcel à Delémont dimanche matin. Près d'une centaine de personnes se sont réunies à l'église Saint-Marcel à Delémont dimanche matin.

C'est un retour particulier mais attendu. Les rassemblements religieux sont à nouveau autorisés en Suisse depuis jeudi dernier. Un événement attendu par de nombreux chrétiens dans le pays en ce week-end de Pentecôte. A Delémont, une centaine de personnes ont assisté à la messe dimanche matin à l’église Saint-Marcel. Mais l'atmosphère était un peu particulière. A l'entrée, ce n'était pas de l'eau bénite, mais du spray désinfectant qui attendait les mains des fidèles. A l'intérieur du bâtiment, une personne se chargeait de les guider là où il reste des places. Et des bandes jaunes collées au sol servaient de repères afin de maintenir les distances sociales. L'église peut accueillir environ 500 personnes en temps normal. Mais à cause des mesures sanitaires, il n'y a plus de place que pour environ 125 personnes. Dimanche matin, la limite n'a tout juste pas été atteinte, tout le monde a pu entrer. Thomas Nagy a assisté à la célébration : 

Jean-Marie Nusbaume : « on vit un rassemblement, mais dans la disperssion »

Un discours et des mesures à respecter

La messe a suivi son cours presque normalement dimanche matin, mais, mesures sanitaires obligent, le discours de Jean-Marie Nusbaume a été entrecoupé de directives pour que les fidèles puissent respecter les mesures de sécurité sanitaires. C’est désormais une habitude avec laquelle il faudra compter :

La communion était peut-être le moment le plus délicat de la célébration. Jean-Marie Nusbaume a pris le temps d'expliquer aux fidèles de quelle manière ils devraient se déplacer, afin d'éviter une cohue. 

Cette reprise des offices était attendue par les paroissiens. Certains estiment qu'elle aurait pu se faire plus tôt, d'autres étaient simplement heureux de pouvoir à nouveau se réunir, malgré les mesures sanitaires en vigueur, à l’image de ce couple de jurassiens :

« malgré les mesures sanitaires, ça vaut la peine d’être là »

/tna


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus