Les bunkers de l’Egasse rachetés par un home

La coopérative Frienisberg gérant un home dans le Seeland a acheté les bunkers de l'Egasse ...
Les bunkers de l’Egasse rachetés par un home

La coopérative Frienisberg gérant un home dans le Seeland a acheté les bunkers de l'Egasse sur le Chasseral. L'opération a empêché un projet d'ouvrir les casemates aux visiteurs

Les bunkers ont été construits afin de fermer l'accès au col du Chasseral durant la Deuxième Guerre mondiale. (Photo: ldd) Les bunkers ont été construits afin de fermer l'accès au col du Chasseral durant la Deuxième Guerre mondiale. (Photo: ldd)


Au détour d’une balade sur les pentes du Chasseral, la découverte a de quoi interpeller. À l’Egasse, une pancarte a été apposée sur la porte de bunkers. On peut y lire que la coopérative Frienisberg qui gère un home à Seedorf a racheté les ouvrages. Après des recherches, RJB a appris que l’armée les a cédés en janvier de cette année pour 2'250 francs.

La pancarte apposée sur les portes des bunkers. La pancarte apposée sur les portes des bunkers.

Acheter pour éviter les visites

L’acquisition des ouvrages par la coopérative a empêché la réalisation d’un projet mené par Yann Bourquin. Avec un groupe de passionnés de la région, il entendait réaménager les casemates et les ouvrir au public pour des visites. Une association - « les fortins de l’Egasse Chasseral » - avait même été pensée spécialement à cette fin. Seulement, le propriétaire du terrain s’y est opposé et a fait valoir un droit de rachat.


Des problèmes pour le métayer

La coopérative Frienisberg possède la métairie et les prairies à l'endroit où se trouvent les trois bunkers ainsi qu’un baraquement. Selon le directeur de la coopérative Peter Gerber, également député au Grand Conseil, l’ouverture d’un tel site aurait causé des problèmes au métayer. Par le passé, les vaches du paysan ont plusieurs fois rayé des voitures parquées dans le secteur. Selon l’élu PBD, l’ouverture des bunkers n’aurait qu’aggravé la situation.


Un avenir creux

Au final, les bunkers de l’Egasse resteront vides et inutilisés. Aucun projet n’est prévu pour l’heure selon Peter Gerber qui n’exclut toutefois pas une sous-location à terme.

De son côté, le porteur du projet Yann Bourquin a dû tout abandonner malgré des statuts d’association déjà écrits. L’habitant de Villeret se dit très déçu et regrette le manque de dialogue dans ce dossier. /jrg

Les vaches de l'Egasse pourraient endommager les voitures parquées à proximité selon Peter Gerber. Les vaches de l'Egasse pourraient endommager les voitures parquées à proximité selon Peter Gerber.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus