Un hommage à Denise Bindschedler-Robert

La Municipalité de St-Imier a rebaptisé une rue en l’honneur de la juriste de renommée internationale ...
Un hommage à Denise Bindschedler-Robert

La Municipalité de St-Imier a rebaptisé une rue en l’honneur de la juriste de renommée internationale à l’occasion de son centième anniversaire

Les autorités de St-Imier et le président de la Paroisse catholique-chrétienne ont accueilli la famille de Denise Bindschedler-Robert pour l'occasion. Les autorités de St-Imier et le président de la Paroisse catholique-chrétienne ont accueilli la famille de Denise Bindschedler-Robert pour l'occasion.

La rue des Roses a laissé place à la rue Denise Bindschedler-Robert à St-Imier. La Municipalité a rebaptisé cette rue en l’honneur de l’illustre juriste née dans la cité imérienne, et dont le parcours hors du commun lui vaut encore aujourd’hui une notoriété internationale. L’inauguration de la plaque s’est déroulée ce vendredi à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Denise Bindschedler-Robert, en présence de sa famille.

Pour les autorités de St-Imier, il était temps de donner une place dans l’espace public aux femmes qui ont marqué l’histoire de la commune. Elles s’engagent ainsi à augmenter la visibilité de la gent féminine à l’avenir. Le maire, Patrick Tanner :

Retour sur le parcours de Denise Bindschedler-Robert

Denise Bindschelder-Robert est née à St-Imier le 10 juillet 1920. Après une enfance à St-Imier, c’est au sein des universités de Lausanne et de Berne, qu’elle étudie le droit. Elle est admise au barreau en 1945. Durant les années qui suivent, elle travaille comme juriste au Département politique fédéral. En parallèle, elle obtient son doctorat avec une thèse sur la neutralité suisse. La juriste enseigne ensuite le droit international à Genève dès 1956, elle devient professeur extraordinaire en 1964 et professeur honoraire dès 1985. Elle est alors l’une des plus grandes spécialistes suisses du droit international humanitaire et des droits de l’homme.

Véritable pionnière, Denise Bindschedler-Robert devient, en 1966, la première femme à être élue au Conseil synodal de l’Eglise catholique chrétienne suisse, dont elle est membre jusqu’en 1985. Elle est par ailleurs élue en tant que Juge à la Cour européenne des droits de l’homme en 1975, une consécration pour Denise Bindschedler-Robert. Elle assure aussi la vice-présidence du Comité international de la Croix-Rouge entre 1986 et 1990. /mdu

La rue Denise Bindschedler-Robert mène au funiculaire de Mont-Soleil. La rue Denise Bindschedler-Robert mène au funiculaire de Mont-Soleil.


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus