Une interpellation au secours des femmes enceintes

Le député PSA Peter Gasser demande des explications quant au traitement des cas de femmes enceintes ...
Une interpellation au secours des femmes enceintes

Le député PSA Peter Gasser demande des explications quant au traitement des cas de femmes enceintes en lien avec le Covid-19

L'interpellation concerne le cas d'une enseignante du Jura bernois. (Image : LDD) L'interpellation concerne le cas d'une enseignante du Jura bernois. (Image : LDD)

Les enseignantes enceintes sont-elles pénalisées ? Il s’agit du titre de l’interpellation déposée au Grand Conseil par le député PSA Peter Gasser. Ce dernier s’insurge du traitement qui a été réservé à une enseignante secondaire du Jura bernois. Il rappelle que les femmes enceintes sont considérées comme personnes à risque en ce qui concerne le Covid-19 depuis début août.


À la maison à ses frais

En conséquence, la personne en question est restée à la maison pendant une semaine afin de faire du travail à distance. Toutefois, selon le député de Bévilard, « le canton n’a pas accepté de payer à la fois l’enseignante et ses remplaçants ». La professeure a dû retourner à l’école le vendredi sur demande de sa direction. Le canton lui a également demandé de fournir un certificat médical pour justifier le fait qu’elle travaille depuis chez elle. En attendant, pour que les remplaçants soient rémunérés, l’enseignante a décidé de prendre une semaine de congé non-payé.


Une pression exercée ?

De fait, Peter Gasser demande au gouvernement s’il est prêt à revoir sa pratique dans de tels cas. Il entend également savoir si les autorités ont fait le nécessaire aujourd’hui pour qu’une telle situation ne se produise plus. Finalement, le député aimerait également savoir « s’il existe une pression indirecte à l’égard des femmes enceintes pour accepter des congés non-payés ». Vu l’actualité du thème en question, Peter Gasser a demandé l’urgence de traitement du texte. /jrg


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus